Aéroport Montréal-Trudeau: des boutiques soupçonnées de fraude

La zone ciblée par Transports Canada comprend 8... (PHOTO IVANOH DEMERS, La Presse)

Agrandir

La zone ciblée par Transports Canada comprend 8 boutiques et 10 restaurants, accessibles à tous et situés avant le passage aux postes de contrôle de sûreté ainsi que dans la zone des arrivées.

PHOTO IVANOH DEMERS, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Montréal) Vous prenez bientôt l'avion à l'aéroport Montréal-Trudeau? Si oui, à en croire les analystes de Transports Canada, prenez garde aux risques de clonage de votre carte bancaire dans certaines boutiques et restaurants.

«Dans les zones publiques, quelques concessions sont soupçonnées de fraude, indiquant la complicité de certains employés», est-il écrit dans un «rapport d'évaluation des menaces au Québec» rédigé par Transports Canada à l'automne 2012.

Le document, qui dresse entre autres le portrait de la petite et grande criminalité dans l'enceinte de l'aéroport, a été obtenu - partiellement caviardé - par La Presse en vertu de la loi d'accès à l'information.

La zone ciblée par Transports Canada comprend 8 boutiques et 10 restaurants, accessibles à tous et situés avant le passage aux postes de contrôle de sûreté ainsi que dans la zone des arrivées.

En avant-propos de ce rapport, il est stipulé qu'il «reflète ce qui se passe sur le terrain», et que les informations divulguées proviennent notamment d'organismes d'application de la loi, dont la GRC, le SPVM et le SCRS mais aussi des Aéroports de Montréal (ADM).

Sauf que chez ADM, on remet en doute la véracité de cette assertion plutôt gênante pour la réputation de l'aéroport. «Nous n'avons pas de chiffres là-dessus, mais c'est une problématique [clonage des cartes] qui existe partout», a simplement commenté Marie-Claude Desgagnés, renvoyant la balle au SPVM.

Même réaction à la police de Montréal, où l'on se dit «très étonné de la teneur du rapport. Ça a surpris les policiers qui travaillent à l'aéroport», dit le commandant Ian Lafrenière.

Seulement un cas de fraude dans une des boutiques de la zone publique aurait donné lieu à une enquête policière. Transports Canada maintient-il tout de même son «affirmation» ? Y a-t-il eu d'autres cas portés à sa connaissance?

L'organisme a répondu à La Presse qu'il «ne commente pas sur des enjeux traitant de sûreté aéroportuaire».

Autos et stupéfiants

Dans leur tour d'horizon de la criminalité, les analystes de Transports Canada évoquent aussi la présence occasionnelle, «autant qu'en région métropolitaine», de voleurs à la tire qui s'adonnent au vol «d'ordinateurs portables, téléphones intelligents et argent».

En revanche, selon les auteurs du document, le fléau du vol d'autos dans les stationnements serait en forte régression, grâce à des «mesures de sécurité accrues». On note aussi des vols «sporadiques» de bagages de passagers «inattentifs en zone publique».

À l'opposé du spectre criminel, Transports Canada constate que l'aéroport «est un point d'entrée important pour l'importation de stupéfiants au Québec».

L'opération antimafia Colisée en 2006 avait montré comment le crime organisé italien avait étendu son emprise à l'aéroport, notamment parmi le personnel, pour faciliter l'importation de cocaïne.

Encore aujourd'hui, toujours selon le rapport, la cocaïne provenant principalement de la région des Andes, «produits opiacés» arrivant majoritairement d'Afghanistan ou encore le khat sont acheminés à bord de vols en provenance de certains pays particulièrement surveillés.

- Avec William Leclerc -

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer