Perdu en mer, un voilier robotisé rentre au bercail un an plus tard

Il a perdu sa voile et récolté quelques égratignures, mais un voilier robotisé... (Photo tirée su site internet ubcsailbot)

Agrandir

Photo tirée su site internet ubcsailbot

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne

Il a perdu sa voile et récolté quelques égratignures, mais un voilier robotisé canadien est finalement rentré chez lui après avoir été perdu en mer pendant plus d'un an.

Le voilier autonome («sailbot», en anglais) est de retour à Vancouver après avoir été retrouvé au large des côtes de la Floride en décembre.

Les étudiants de l'Université de la Colombie-Britannique (UBC) avaient toujours gardé espoir de le revoir, a dit leur capitaine, Serena Ramley.

«On savait que l'océan est très grand, mais les courants devaient le pousser vers la terre ferme quelque part, que ce soit en Amérique du Nord, en Amérique du Sud, en Europe ou en Afrique», a-t-elle dit.

Le groupe est simplement heureux que son «bébé» se soit retrouvé sur le bon continent, a-t-elle ajouté.

L'équipe a mis plusieurs années à concevoir et à construire ce voilier, qu'elle a baptisé «Ada» en hommage à la mathématicienne Ada Lovelace. Le projet s'est étiré sur plusieurs années et des centaines de personnes ont donc joué un rôle dans sa création.

Le voilier était parti de Saint-Jean, à Terre-Neuve, en août 2016 pour un périple qui aurait dû prendre trois semaines. Il s'est bien tiré d'affaire dans les eaux côtières, mais les problèmes ont commencé quelques jours après son départ, à environ 700 kilomètres au large, a indiqué Mme Ramley.

Il est «disparu» après environ 1200 kilomètres. L'équipe croit qu'une vague a alors arraché presque tout son gréement, emportant du même coup la plupart des capteurs. Un navire de recherche a finalement repéré le voilier en décembre 2017 et «Ada» est rentrée à Vancouver il y a deux semaines.

«C'est assez fantastique de voir qu'elle est de retour. Elle est arrivée tôt le matin et tout le monde était en classe, et j'étais seule ici. Mais chacun est passé quand il a pu, a raconté Mme Ramley. C'est vraiment extraordinaire de voir dans quel état elle se trouve - elle a traversé quelques ouragans.»

La coque du voilier est intacte, mis à part quelques égratignures qui vont jusqu'à la fibre de carbone. Même si elle ne s'est pas rendue à destination, «Ada» a établi un nouveau record pour la plus grande distance parcourue par un navire automatisé lors d'une traversée de l'Atlantique, selon UBC.

L'équipe a maintenant l'intention d'examiner le voilier pour en tirer des leçons en vue du prochain projet. Les étudiants veulent inscrire un voilier robotisé à une course de 3714 kilomètres entre Victoria et Maui en 2019 ou 2020.

«Normalement, ce sont des marins humains qui participent à cette course, mais nous avons communiqué avec des gens qui y ont déjà pris part. Une fois que nous aurons fini »Ada 2.0«, nous allons l'amener au large des côtes de l'île de Vancouver pour affronter des vents puissants, a expliqué Mme Ramley. Parce que c'est un projet parascolaire, nous n'avons pas d'échéancier rigide, mais on vise 2019 ou 2020.»




Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer