Boomerang de luxe : Chanel critiqué sur les réseaux sociaux

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Paris

Un boomerang Chanel à 1260 euros suscitait mardi la polémique sur les réseaux sociaux, où de nombreux internautes accusaient la maison de luxe de se livrer à une «appropriation culturelle» en reprenant cet objet traditionnel des aborigènes d'Australie.

Un vif débat a entouré une publication de l'artiste et mannequin américain Jeffree Star sur Instagram et Twitter, montrant le boomerang en bois et résine griffé du double C, avec le commentaire: «Je m'éclate avec mon nouveau boomerang Chanel».

Le message suscitait mardi près de 160 000 «j'aime» sur Instagram, mais aussi de multiples commentaires indignés, certains accusant Chanel de «manquer de respect» à l'égard de la communauté aborigène avec cette version de luxe de l'arme de jet.

Having so much fun with my new #Chanel boomerang 🖤

Une publication partagée par Jeffree Star (@jeffreestar) le

«Nous sommes offensés parce c'est une forme extrême d'appropriation culturelle», commentait par exemple Tyanna Hayden, de Brisbane. «En tant qu'indigène australienne, je trouve très offensant de voir ma culture réduite à un jouet», renchérissait Rebekka Kantjapi.

Un autre internaute se demandait «pourquoi tant d'histoires». «Les gens peuvent bien s'amuser avec ce qu'ils veulent».

La maison Chanel a réagi dans un communiqué, se disant «très respectueuse des différentes cultures et traditions» et regretter «que certains aient pu être offensés».

«Nous comprenons parfaitement l'attachement culturel que la communauté aborigène et des îles du détroit de Torrès porte à cet objet et nous le respectons», poursuit la maison, précisant que «le sportswear fait partie intégrante de l'identité de la marque Chanel».

Dans la même collection, Chanel propose également sur son site internet un jeu de raquettes de plage et balles à 3170 euros et une raquette de tennis à 1450 euros.

Ce n'est pas la première fois que le monde de la mode se voit reprocher une «appropriation culturelle»: en septembre, le créateur américain Marc Jacobs avait aussi suscité des réactions choquées sur les réseaux sociaux en faisant défiler des mannequins blancs portant de faux dreadlocks.




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer