Né un 29 février: un casse-tête administratif

Laura Pedersen célèbre une fois aux quatre ans son anniversaire à la date... (Photo Graeme Roy, PC)

Agrandir

Photo Graeme Roy, PC

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Michelle McQuigge
La Presse Canadienne
Toronto

Laura Pedersen célèbre une fois aux quatre ans son anniversaire à la date exacte. Née un 29 février, elle rencontre toutefois des problèmes bureaucratiques au quotidien.

Les formulaires de demande en ligne soutiennent que la journée intercalaire n'existe pas. Les formulaires d'assurance indiquent la mauvaise date de naissance. Et peu importe le processus administratif, elle fait inévitablement face à des questions pour s'assurer qu'elle est effectivement née un 29 février.

« Je me suis mariée l'été dernier et quand j'ai inscrit ma date de naissance, le commissaire m'a demandé plusieurs fois : "Vous êtes sûre que c'est le 29 février?" », a-t-elle raconté en entrevue téléphonique.

Le scepticisme sur les naissances un 29 février est généralisé, selon un organisme formé en partie pour régler ce problème. Le groupe Honor Society of Leap Year Day Babies a été créé en 1997, non seulement pour célébrer cette fête qui ne survient qu'en année bissextile, mais pour sensibiliser les gens aux problèmes qui y sont liés.

Le cofondateur du groupe, Peter Brouwer, célébrera cette année son 15e anniversaire bissextile : il aura 60 ans. Selon lui, les pépins techniques qui empêchent de reconnaître le 29 février causent des problèmes depuis des dizaines d'années.

Des pages web qui se ferment ou des transactions bancaires en ligne interrompues sont fréquentes. M. Brouwer se souvient même d'un membre qui a été accusé d'utiliser un faux permis de conduire à cause de la date de naissance indiquée.

L'organisme a créé quelques campagnes de sensibilisation pour que les entreprises prennent des mesures pour reconnaître cette date de naissance bien particulière.

Malgré ses problèmes avec son assureur, Peter Brouwer croit que le vent a tourné au cours des dernières années. « Je pense que les choses se sont vraiment améliorées. Je ne me souviens pas de la dernière fois que j'ai eu du mal à soumettre le 29 février comme date de naissance », a-t-il affirmé.

Laura Pedersen le seconde, ajoutant toutefois qu'elle a eu, par le passé, des problèmes sur Facebook.

Certains formulaires en ligne peuvent maintenant être complétés avec une simple astuce : sélectionner d'abord son année de naissance. Le 29 février apparaîtra alors.

Il n'y a plus qu'un seul accroc à régler, soutient Mme Pedersen : les programmes de récompense. Les entreprises qui offrent des promotions pour l'anniversaire d'un client oublient souvent les enfants de la journée intercalaire par mégarde, les privant de certaines aubaines.

Régler ces derniers petits pépins aiderait les bébés du 29 février à se réjouir de leur anniversaire, comme ce devrait toujours être le cas, plaide-t-elle. « Si tu es contraint d'avoir un anniversaire aux quatre ans, aussi bien en être fier. »

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer