• Accueil > 
  • Actualités > 
  • Insolite 
  • > Kirghizstan: expulsé pour avoir traité de «pénis de cheval» un plat traditionnel 

Kirghizstan: expulsé pour avoir traité de «pénis de cheval» un plat traditionnel

Le «tchoutchouk» est une saucisse de cheval, animal... (PHOTO KUHARKIN.RU)

Agrandir

Le «tchoutchouk» est une saucisse de cheval, animal dont la viande est très recherchée par les Kirghizes.

PHOTO KUHARKIN.RU

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
BICHKEK

Le Britannique arrêté au Kirghizstan pour avoir qualifié de «pénis de cheval» un met traditionnel a été condamné lundi à l'expulsion par un tribunal local.

Accusé d'incitation à la haine raciale, Michael Mcfeat a été finalement condamné à quitter le pays avant mardi 10 h GMT (5 h, heure de Montréal) par un tribunal de Karakol, ville située dans l'est du Kirghizstan, faute de preuve suffisante contre lui, a indiqué le porte-parole de la cour.

Le Britannique risquait trois à cinq ans de prison pour avoir posté jeudi sur Facebook une image de ses collègues kirghizes à table et expliqué qu'à l'occasion des fêtes de fin d'année, certains Kirghizes faisaient la queue pour obtenir «une friandise spéciale, le pénis de cheval».

Il s'agit en réalité de «tchoutchouk», une saucisse de cheval, animal dont la viande est très recherchée par les Kirghizes et leurs voisins Kazakhs qui remettent les traditions nomades à l'honneur depuis la chute de l'URSS.

Le message du Britannique, qui occupe un poste intermédiaire au sein de la société canadienne Centerra Gold, propriétaire de la mine d'or de Kumtor, a froissé ses employés qui ont observé en guise de protestation une grève de samedi à dimanche.

«Plus de 120 employés de la mine de Kumtor», qui représente 10 % de la production économique du Kirghizstan, ont également signé une pétition pour que le Britannique soit arrêté, a affirmé le ministère de l'Intérieur dans un communiqué.

Peu avant son arrestation, M. Mcfeat avait cependant publié un message pour présenter ses excuses aux Kirghizes.

La mine de Kumtor est au coeur de tractations entre le gouvernement kirghize et Centerra Gold: le Kirghizstan voudrait revoir le statut de la mine, exploitée entièrement par Centerra, dont il détient 32,7 %.

Il a ainsi proposé d'échanger ses parts dans Centerra contre une part de 50 % dans la mine de Kumtor, mais a rompu les négociations le 22 décembre, annonçant qu'il ferait prochainement une nouvelle proposition.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer