L'utilisateur de Facebook «Phuc Dat Bich» avoue un canular

Dans un message, «Phuc Dat Bich» avait crié... (PHOTO TIRÉE DE FACEBOOK)

Agrandir

Dans un message, «Phuc Dat Bich» avait crié à l'injustice quand Facebook avait pris son profil pour un faux et jugé «exaspérant que personne ne semble croire que c'est mon vrai nom».

PHOTO TIRÉE DE FACEBOOK

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Sydney, Australie

L'utilisateur de Facebook qui avait fait sensation en soutenant que son prétendu nom, «Phuc Dat Bich», avait été censuré par le réseau social a affirmé mercredi qu'il s'agissait en fait d'une plaisanterie pour se jouer des médias.

Cet individu qui se présentait comme un Australien d'origine asiatique avait crié à l'injustice en accusant Facebook d'avoir plusieurs fois fermé son profil en raison de son identité.

Mal prononcé, ce prétendu nom à consonnance vietnamienne peut en effet prêter au quiproquo et s'entendre comme une des expressions anglaises les plus ordurières.

Son message, auquel était jointe une photo présumée de son passeport, a fait sensation la semaine dernière et été partagé plus de 84 000 fois, au point que dans un nouveau post, lundi, le jeune homme a remercié les internautes pour leur soutien.

Plusieurs médias australiens et internationaux, dont l'AFP, ont relayé l'histoire.

Mais mercredi, l'utilisateur de la page «Phuc Dat Bich» a finalement affirmé qu'il s'agissait d'un canular, dans un message ironiquement signé «Joe Carr» - un nom évoquant le mot anglais «joker» («farceur») - sur sa page Facebook désormais suivie par plus de 45 000 personnes.

«Je n'ai jamais jugé qu'on devait être obligé de publier intégralement son nom sur les réseaux sociaux. On devrait avoir la liberté d'utiliser le nom qu'on veut», explique-t-il.

«Facebook se doit de comprendre qu'il est complètement impossible de légitimer un endroit où il y aura toujours des farceurs et des filous.»

L'utilisateur du compte «Phuc Dat Bich» n'a pas répondu mercredi aux sollicitations de l'AFP.

«Ce qui avait commencé par une blague entre amis est devenu un canular qui a ridiculisé les médias et tiré le meilleur des gens qui m'ont soutenu», écrit-il dans son message posté mercredi.

«Cela n'a pas déclenché la colère et la noirceur qu'on voit souvent sur internet, mais cela a suscité de la légèreté et de l'humanité à un moment où nous en avons le plus besoin», se félicite-t-il.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer