Une juge argentine étudie le sort d'une orang-outan

Sandra, le poil roux, plutôt boulotte, pèse 50kg... (Photo: AFP)

Agrandir

Sandra, le poil roux, plutôt boulotte, pèse 50kg pour 1m50.

Photo: AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Agence France-Presse
Buenos Aires

Une juge argentine a commencé cette semaine à plancher sur le sort de Sandra, une orang-outan du zoo de Buenos Aires à laquelle un tribunal a reconnu le droit de vivre en liberté.

Sandra, femelle de 29 ans, reconnue «personne non humaine» par la cour de cassation de la capitale argentine --une première mondiale-- n'a pas été conviée aux audiences. Elle y est représentée par son avocat Andrès Gil Dominguez.

En décembre, un tribunal avait appliqué à l'animal une ordonnance d'habeas corpus (droit de ne pas être emprisonné sans jugement), considérant que, même s'il ne s'agit pas d'un être humain, il a des sentiments et le droit à une plus grande liberté.

Se pose désormais la question du lieu de vie, qui implique de déterminer si Sandra peut survivre en liberté, ou en semi-liberté, après avoir passé toute sa vie dans un zoo. A cette fin, la magistrate Elena Liberatori interroge des experts internationaux pour se forger une meilleure idée.

L'Américain Gary Shapiro, fondateur de la Orangutan Foundation et référence mondiale, a recommandé des examens de santé et mis en garde du danger d'imposer un changement d'environnement à un spécimen âgé de plus de huit ans.

«Sandra est privée de liberté et elle en souffre. Elle doit vivre dans son habitat naturel, dans un sanctuaire. Au zoo, c'est comme si elle était prisonnière», plaide en revanche Pablo Buompadre, président de l'Association des fonctionnaires et avocats pour les droits des animaux (AFADA), à l'origine de la procédure judiciaire.

Cette ONG a été reconnue comme représentant légal de Sandra, comme s'il s'agissait d'un mineur ou d'une personne sous tutelle. Elle préconise son transfert hors d'Argentine dans un milieu où l'orang-outan vivrait en semi-liberté.

Sandra, le poil roux, plutôt boulotte, pèse 50kg pour 1m50. Née le 16 février 1986 au zoo de Rostock, en Allemagne, elle est arrivée à Buenos Aires en septembre 1994. Les primates de son espèce ont une espérance de vie de 30 à 40 ans.

Avant le jugement, le zoo étudiait la possibilité de la transférer dans un sanctuaire naturel, au Brésil ou aux États-Unis.

Une demande similaire à celle concernant Sandra a été rejetée en décembre 2013 par la justice de New York: une organisation de défense des animaux demandait alors que quatre chimpanzés en captivité soient considérés comme «personnes non humaines» et bénéficient du droit à la liberté.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer