Un taureau reproducteur gai sauvé par le co-créateur des Simpson

Un vétérinaire avait signé l'arrêt de mort du... (Photo Joanna McNicholas, AFP)

Agrandir

Un vétérinaire avait signé l'arrêt de mort du taureau Benjy en diagnostiquant une homosexualité qui le rendait impropre à remplir sa fonction de géniteur.

Photo Joanna McNicholas, AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Dublin

Un taureau reproducteur irlandais condamné à l'abattoir du fait de son orientation sexuelle gaie a été racheté par un producteur hollywoodien et finira ses jours dans les verts pâturages anglais, a annoncé mardi l'association Peta, transportée par ce conte de Noël.

Un vétérinaire du verdoyant comté de Mayo avait signé l'arrêt de mort de Benjy, en diagnostiquant une homosexualité qui le rendait impropre à remplir sa fonction de géniteur.

En apprenant que le bovidé était engraissé en vue d'atterrir sur des étals de boucherie, Sam Simon, scénariste américain, producteur, co-auteur notamment de la série d'animation Les Simpson, et philanthrope, a sorti son chéquier.

Il a déboursé les 5000 livres (8845 dollars) qui manquaient pour transporter le condamné en sécurité de l'autre côté de la frontière, jusqu'à un parc animalier, le Hillside Animal Sanctuary de Norwich, dans l'est de l'Angleterre.

Benjy pourra y couler des jours heureux «dans la paix et la dignité», a indiqué Peta, association de défense des droits des animaux.

Outre Sam Simon, plus de 250 autres donateurs ont envoyé des contributions, sensibilisés par la campagne de solidarité «SaveBenjy the gay bull» notamment parrainée par l'association irlandaise de défense des droits des animaux ARAN et le site TheGayUK.com.

Le changement de pâturage devrait intervenir avant les fêtes de Noël.

Dans un communiqué, Peta espère que le sauvetage de Benjy déclenchera «un sentiment d'empathie pour les milliards d'autres animaux de ferme privés de leurs libertés les plus fondamentales».

«Tous les animaux sont promis à un destin tragique dans le commerce de la viande, mais tuer un taureau sous prétexte qu'il est gai aurait constitué une double tragédie» a pour sa part commenté Sam Simon, ravi que Benjy échoue «dans un sanctuaire plutôt que dans un sandwich».

Le scénariste et producteur américain a légué une bonne partie de sa fortune à des causes animalières, après avoir appris en 2012 qu'il souffrait d'un cancer incurable.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer