Les supporteurs d'un club de soccer ont leur cimetière

Le cimetière des supporteurs de Schalke 04, un... (Photo: AP)

Agrandir

Le cimetière des supporteurs de Schalke 04, un club de soccer allemand, a été conçu en forme de stade avec deux buts et un parterre de bruyère peint en bleu et blanc représentant le logo de l'équipe.

Photo: AP

Partager

Sur le même thème

Yannick Pasquet
Agence France-Presse
Gelsenkirchen, Allemagne

La ferveur légendaire des fans de Schalke 04, club de soccer traditionnel des ouvriers et mineurs de la Ruhr, peut désormais se poursuivre dans l'au-delà après l'ouverture vendredi d'un cimetière qui leur est réservé à Gelsenkirchen, en Allemagne.

Les flocons de neige recouvrent peu à peu les couronnes de fleurs bleues et blanches enroulées d'un ruban qui porte en lettres dorées la devise du club de Gelsenkirchen: «bleu et blanc, toute la vie».

Une dizaine de proches de Bruno et Hannelore Kalinowski se sont réunis près des deux pierres tombales en granit gris pour leur rendre un dernier hommage. Bruno fut pendant 60 ans membre du club où fut notamment formé Mesut Özil, star du Real Madrid et de l'équipe d'Allemagne. Bruno et son épouse sont les premiers à rejoindre le nouveau cimetière des supporteurs de Schalke 04.

Ce lieu de dernier repos a été conçu en forme de stade avec en son centre un parterre de bruyère peint en bleu et blanc représentant le logo du club. Deux cages de but rappellent quelle fut la passion numéro un de ceux qui ont décidé de rester fidèles coûte que coûte au septuple champion d'Allemagne.

Par beau temps, on aperçoit le Veltins Arena, le stade de ce club aussi célèbre pour ses performances sur le terrain que pour ses fans, parmi les plus hauts en couleur de la Bundesliga.

«Bleu blanc, je t'aime tant!»

Il faut les entendre, le samedi après-midi, l'écharpe bleue et blanche serrée autour du cou, le verre de bière levé à la victoire, hurler en coeur: «Bleu, blanc, je t'aime tant (...) bleu, blanc, il n'y a que le ciel qui soit comme ça».

«Quand Schalke nous suit dans notre salon et même dans notre salle de bain, on veut aussi que Schalke nous suive dans la mort», s'amuse Rolf Rojek, une légende locale qui a officié 30 ans à la tête du fan club.

Il a réservé la concession numéro 4 en espérant «que ça ne sera pas pour tout de suite». Quatre comme Schalke 04, une référence à 1904, l'année de sa fondation.

Rien n'a été laissé au hasard dans ce cimetière spécial: 1904 sépultures sont prévues sur les 4000 m2 de terrain disponibles. Mais point de concession numéro 9. Le chiffre est maudit. C'est celui du rival ancestral et ennemi juré, Dortmund - BVB 09, son nom officiel -, double champion en titre qui évolue à moins de 35 km de là.

Les frais de réservation pour un emplacement s'élèvent à 1250 euros (1600 $) auxquels s'ajoutent chaque année 125 euros (160 $) pour l'entretien. Une concession de 25 ans avec une pierre tombale de 40 cm par 35 revient à plus de 5400 euros (6900 $).

«Tout à fait normal»

«Il n'y a quasiment aucun autre club en Allemagne qui soit si lié à ses supporteurs que Schalke 04», explique Gerd Rehberg, président d'honneur du club. «Le grand-père et la grand-mère, l'arrière grand-père étaient déjà des supporteurs. C'est une tradition ici», poursuit-il.

Ender Ulupinar, l'agent immobilier qui a lancé ce projet de cimetière il y a quatre ans, assure recevoir de nombreuses demandes. Car l'ancien club ouvrier rythme toujours la vie quotidienne de Gelsenkirchen.

Schalke 04 fut le premier club de soccer à se doter d'une paroisse avec un temple et un pasteur, mais pas le premier au monde à créer un cimetière pour ses supporteurs, puisqu'Hambourg offre ce service depuis 2008.

«Des enfants sont baptisés dans le temple de Schalke 04, nous avons aussi célébré quelques centaines de mariages», souligne M. Rehberg. «Le cercle se referme aujourd'hui» avec l'ouverture du cimetière.

Mais, tout fan de Schalke qu'il est, le pasteur Hans-Joachim Dohm insiste: «ce sera avant tout un cimetière tout à fait normal où auront lieu des enterrements tout à fait normaux».

Schalke, à la vie, à la mort? Aucun dirigeant du club, ni aucun joueur, n'étaient présents lors de l'inauguration.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer