Jacques Villeneuve dit avoir reçu des menaces

L'ancien champion du monde Jacques Villeneuve a fermement... (Photo : Graham Hughes, archives La Presse Canadienne)

Agrandir

L'ancien champion du monde Jacques Villeneuve a fermement exprimé son exaspération devant le conflit qui s'éternise et «le manque de réflexion de certains jeunes individus».

Photo : Graham Hughes, archives La Presse Canadienne

Partager

Dossiers >

Conflit étudiant

Actualité

Conflit étudiant

Le gouvernement de Jean Charest a décidé d'augmenter les droits de scolarité de 1625 dollars en cinq ans, une hausse décriée par des dizaines de milliers d'étudiants. »

Les propos de Jacques Villeneuve invitant les grévistes «à retourner à l'école» n'ont manifestement pas plu à tout le monde. L'ancien champion du monde de Formule 1 dit avoir reçu des menaces depuis sa sortie de jeudi soir.

«Depuis hier, on a reçu un paquet de courriels injurieux, insultants, même certains dangereux, déplore le pilote. Donc pour des gens qui prônent la liberté d'expression je trouve ça ridicule qu'on n'ait pas le droit de dire ce qu'on pense.»

Interrogé par des journalistes sur le circuit Gilles-Villeneuve, le pilote a même parlé de «menaces de mort». Jacques Villeneuve n'a pas transmis les courriels à la police. «On efface et on passe à autre chose», dit-il.

Le champion du monde 1997 ne regrette aucunement ses propos. Il en a même remis vendredi. Selon lui, les étudiants qui projettent de bloquer le métro pour empêcher les spectateurs de se rendre à l'île Notre-Dame en fin de semaine s'apparentent à des terroristes.

«S'ils bloquent les wagons, ce sera un acte terroriste. Tout simplement», a dit Villeneuve.

«C'est triste c'est tout. Ça fait trois mois que ça dure et tout le monde en a marre, a-t-il ajouté. Ça pourrait avoir un effet très négatif pas juste sur la Formule 1, mais sur  l'image de Montréal, celle du Québec et du Canada.»

La veille, le pilote de 41 ans avait vertement critiqué le mouvement étudiant. «Je pense que ces gens ont grandi sans jamais entendre leurs parents leur dire non. C'est ce qu'on voit dans les rues en ce moment. Des gens qui passent leur temps à se plaindre. C'est devenu un peu ridicule. Ils ont parlé, nous avons entendu, et maintenant c'est le temps de retourner à l'école.»

Vendredi, il n'a pas reculé, affirmant «avoir toujours dit» ce qu'il pensait. «Hier, des journalistes m'ont posé des questions sur un sujet important et j'ai répondu. J'ai dit ce que je pensais. Mes propos n'ont pas été changés. C'est sûr que ç'aurait été mieux si ç'avait été sur un 30 minutes et pas seulement une petite phrase... Mais non, mes propos n'ont pas été changés.»




À découvrir sur LaPresse.ca

  • Philippe Cantin | La fête n'est pas au rendez-vous

    Philippe Cantin

    La fête n'est pas au rendez-vous

    Le Grand Prix du Canada a longtemps été le premier de nos festivals de l'été, une occasion d'accueillir le monde et de célébrer Montréal. Nous ... »

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer