• Accueil > 
  • Actualités 
  • > Deux Canadiens sur trois prêts à légaliser la marijuana 

Deux Canadiens sur trois prêts à légaliser la marijuana

Même si la majorité des Canadiens sont pour... (PHOTO ARCHIVES AFP)

Agrandir

Même si la majorité des Canadiens sont pour la légalisation de la marijuana, selon le sondage Ekos-La Presse, 65% ne veulent pas qu'il soit permis de fumer de la marijuana en public.

PHOTO ARCHIVES AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Ottawa) Le gouvernement libéral de Justin Trudeau semble avoir l'appui de la population pour mener sa réforme sur la marijuana: une importante majorité de Canadiens soutiennent la légalisation, selon un sondage Ekos mené pour La Presse auprès de 1227 Canadiens au pays.

Mais pas à n'importe quelle condition: plus du tiers des répondants croient que cette drogue demeure dangereuse, et plusieurs souhaitent que des restrictions comme l'interdiction d'en consommer en public soient imposées. Regard sur un dossier chaud à l'égard duquel les Québécois expriment tout de même certaines réticences.

66,5% pour la légalisation

Les deux tiers des Canadiens estiment que «la marijuana devrait être légalisée et réglementée, comme le tabac et l'alcool». Cette position rejoint celle du Parti libéral du Canada, qui a promis de procéder à une importante réforme en ce sens. Seulement 7% des répondants croient que les lois devraient demeurer telles quelles, et 17% favoriseraient plutôt une forme de décriminalisation, où la marijuana resterait illégale, «mais [dont] la possession ne devrait être punie que par une amende, sans accusation criminelle».

70,9% contre la criminalisation

Une proportion encore plus grande des répondants, soit 70,9%, juge que la «possession de petites quantités de marijuana pour consommation personnelle ne devrait pas être un crime», tandis qu'un répondant sur cinq croit le contraire. Les opinions ont grandement évolué sur cette question depuis 15 ans. Selon la firme Ekos, les personnes pour et les contre étaient presque à égalité - autour de 45% - en 2000, et le nombre d'opposants à la criminalisation a connu un bond considérable de près de 20% depuis 2010.

Nouveaux sommets

«Ce sont de nouveaux sommets; je n'ai jamais vu de chiffres aussi élevés, a déclaré le président de la firme Ekos, Frank Graves. Je crois que sur la plupart des questions relatives au crime et dans d'autres secteurs, les Canadiens deviennent plus progressistes et tournent le dos à l'ordre du jour du durcissement de la justice criminelle et de la guerre à la drogue.»

Pas en public

La légalisation, oui, mais pas à n'importe quelle condition: par exemple, les deux tiers des Canadiens (65%) ne veulent pas qu'il soit permis de fumer de la marijuana en public. L'ouverture d'un commerce qui vend de la marijuana dans leur quartier n'est pas non très plus populaire auprès des répondants: seulement 41% approuvent l'idée, tandis que 37% la désapprouvent et 22% sont indécis. Les parents sont encore moins ouverts à ces deux propositions: 70% désapprouvent celle de fumer en public et 34%, celle de vendre cette drogue dans leur quartier.

Les Québécois moins permissifs

L'échantillon de Québécois est plus restreint (294 des 1227 répondants), mais ils semblent tout de même moins permissifs que le reste des Canadiens sur plusieurs questions du sondage. Près de 48% des répondants du Québec sont en accord avec l'affirmation selon laquelle «la marijuana est une drogue dangereuse qui peut entraîner une dépendance et qui nuit sérieusement aux collectivités», comparativement à 32,3% pour l'ensemble des Canadiens. Ils sont aussi 7 points sous la moyenne nationale quant à l'appui à la légalisation. Ces résultats ont de quoi surprendre, car les Québécois sont souvent perçus comme étant plus progressistes sur des questions comme celles-ci.

Disparité hommes-femmes

D'autres différences de perceptions émergent parmi les sous-groupes de répondants, dont celles entre les hommes et les femmes. Les hommes sont un peu plus ouverts à la marijuana dans son ensemble, que ce soit sa légalisation (70% comparativement à 63% chez les femmes) ou la tendance à la percevoir comme une «drogue dangereuse et qui peut entraîner une dépendance» (30% en accord chez les hommes, par rapport à 34% chez les femmes). Ces réponses diffèrent aussi en fonction de l'éducation et des revenus: les titulaires de diplômes universitaires et ceux qui déclarent des revenus plus élevés ont plus tendance à appuyer la légalisation ou à minimiser les risques associés à sa consommation.

Les revenus à la santé

Où devraient être réinvestis les revenus de la taxation de la marijuana? Dans des programmes sociaux tels que la santé et l'éducation, selon les deux tiers des Canadiens. Environ 17% miseraient plutôt sur le remboursement de la dette et des déficits, tandis que 12% préféreraient bénéficier de baisses de taxes et d'impôts. L'investissement dans les infrastructures sportives et culturelles n'attire l'appui que d'un maigre 1,3% des répondants. La plateforme libérale ne contient pas d'indication quant à la manière dont ces revenus fiscaux seraient utilisés.

Consensus

«Les résultats suggèrent que le sujet est clos sur la marijuana: il y a un consensus qui émerge à l'effet qu'elle devrait être légalisée et peu de Canadiens sont d'accord avec la position de Stephen Harper, conclut le président d'Ekos, Frank Graves. Il est clair que Justin Trudeau a un mandat solide pour agir rapidement sur ce qui est essentiellement un enjeu très clair. S'il veut se démarquer dès le début de son mandat, ce serait un très bon endroit pour commencer.»

***

MÉTHODOLOGIE

Le sondage a été mené par internet et par téléphone entre le 27 octobre et le 2 novembre auprès de 1227 Canadiens âgés de 18 ans et plus. La marge d'erreur associée à un tel échantillon est de plus ou moins 2,8%, 19 fois sur 20.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer