• Accueil > 
  • Actualités 
  • > Les catholiques invités à suspendre leurs dons à l'Église 

Les catholiques invités à suspendre leurs dons à l'Église

Un appel à l'interruption des dons versés à l'Église catholique a été lancé,... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Photothèque Le Soleil

La Presse Canadienne
QUÉBEC

Un appel à l'interruption des dons versés à l'Église catholique a été lancé, dimanche, à Québec.

Ce cri du coeur est venu entre autres de Pierre Bolduc et de Frank Tremblay, qui affirment tous deux avoir subi des sévices aux mains d'un prêtre, ainsi que d'Alain Fortier, président de l'organisme Victimes d'agressions sexuelles au masculin (VASAM).

Ils ont invité les croyants à s'abstenir de verser de l'argent au moment de la quête effectuée durant les cérémonies religieuses, mais aussi d'arrêter de contribuer à la dîme, de financer des messes et de participer à diverses activités de collecte de fonds menées au profit de l'Église catholique.

Dans un communiqué, ils affirment que ces moyens de pression devront se poursuivre tant et aussi longtemps que cette institution «ne renoncera pas explicitement et publiquement à invoquer le délai de prescription dans les recours intentés contre elle, ses communautés, ses paroisses et ses prêtres par les victimes d'agressions sexuelles».

MM. Bolduc, Tremblay et Fortier ont précisé que malgré cette campagne de boycottage, rien n'empêchera les fidèles d'«exprimer leurs croyances religieuses» et d'«exercer leur culte».

Pour expliquer leur initiative, ils ont fait valoir qu'à leur avis, «Dieu est infiniment bon, mais pas les hommes d'Église qui parlent en son nom». Ils ont ouvertement accusé ces religieux de se cacher «derrière le délai de prescription pour nier leurs fautes».

Alors qu'il était interviewé par La Presse Canadienne, Alain Fortier a écorché au passage l'archevêque de Québec, Mgr Gérald Cyprien Lacroix, lui reprochant «de ne pas vouloir s'impliquer dans le dossier».

M. Fortier a souligné que Mgr Lacroix a la prétention d'être «un homme du peuple» désireux d'aider les gens.

Le président de VASAM a indiqué que s'il veut que ses actions concordent avec ses paroles, le cardinal «devrait rencontrer les victimes, voir ce qu'elles ont à demander et essayer de les aider pour que ce qu'elles ont à vivre soit le plus supportable possible».

Également en entrevue à La Presse Canadienne, Mgr Gérald Cyprien Lacroix a qualifié cette action d'injustifiée. Il a aussi vigoureusement nié que les dons des croyants aient pu être utilisés pour payer des avocats.

«Tout ça, ce n'est pas vrai. Dans le diocèse de Québec, chaque prêtre qui a été accusé a dû se défendre lui-même. Le diocèse, les paroisses, ne fournissent pas les sous pour payer si quelqu'un est accusé (...), alors je ne vois pas pourquoi on pénaliserait des paroisses qui servent les gens à longueur d'année», a-t-il exprimé.

Le cardinal a aussi insisté sur un protocole «très sérieux», instauré à Québec il y a 20 ans et revu depuis ce temps, pour faire face à des situations «ambigües» ou des situations où des gens disent avoir été abusés. Il a défendu l'Église, qui fait preuve selon lui de compassion et qui fait de la prévention dans ces dossiers.

Mgr Gérald Cyprien Lacroix a ajouté ne pas avoir été joint par les plaignants et a laissé entendre qu'ils ressortaient «des choses qui remontent à très loin, il y a 30, 40 et 50 ans avant nous».




la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer