(Tokyo) Les horloges du compte à rebours ont été réinitialisées et le décompte a repris en vue des Jeux olympiques de Tokyo.

Stephen Wade
Associated Press

Celle à l’extérieur de la gare de Tokyo et d’autres horloges dans la capitale japonaise ont été ajustées presque immédiatement après l’annonce des organisateurs des nouvelles dates — du 23 juillet au 8 août 2021.

Il restait 479 jours aux horloges. Cela semble bien loin, mais aussi tellement proche et insignifiant par rapport aux conséquences mondiales du coronavirus.

Et à bien y penser, ce n’est pas très long pour relancer les premiers Jeux olympiques reportés depuis le début des jeux modernes il y a 124 ans ; pas pour 11 000 athlètes olympiques et 4400 athlètes paralympiques, pas pour les commanditaires, les diffuseurs, les amateurs qui ont déjà acheté des billets et les organisateurs et les contribuables japonais qui ont dépensé des milliards et devront trouver des milliards de plus pour éponger les autres dépenses liées à ce contretemps.

« Je crois que ces Jeux olympiques vont avoir une grande importance historique », a déclaré Yoshiro Mori, président du comité d’organisation de Tokyo, après avoir confirmé les nouvelles dates.

Mori, un ancien premier ministre japonais de 82 ans, a également rappelé qu’il n’y a aucune garantie que la pandémie de coronavirus sera sous contrôle dans un an. C’est aussi le cas pour les nouvelles dates des Jeux paralympiques qui sont maintenant fixées du 24 août au 7 septembre.

« C’est une prière que nous faisons et je crois que quelqu’un va écouter nos prières », a ajouté Mori.

Chaleur estivale

Après avoir brièvement envisagé des Jeux olympiques au printemps, les nouvelles dates d’été chevauchent le même créneau horaire qui avait été choisi pour 2020. Les organisateurs espèrent combiner les anciens plans aux nouveaux, garder les sites en place, sécuriser des milliers de chambres au village des athlètes, avoir recours aux mêmes bénévoles et permettre aux personnes qui ont acheté des billets de les garder.

La date estivale évite également les conflits avec les horaires sportifs encombrés de l’Amérique du Nord et de l’Europe. Mais l’été à Tokyo signifie également être aux prises avec une chaleur et une humidité intenses, la principale préoccupation des organisateurs des Jeux avant la pandémie.

« De toute évidence, en été, il pourrait y avoir des typhons et des problèmes de chaleur, a reconnu Mori. Cependant, cette situation est la même. Nous avons toujours eu ces problèmes, donc nous serons préparés à ces problèmes. »

Si les fédérations sportives internationales ont donné leur accord aux nouvelles dates, certaines d’entre elles, comme l’Union internationale de triathlon, auraient préféré le printemps plus frais pendant la saison des cerisiers en fleurs au Japon. Mais cela a été écarté au profit de la voie la plus simple.

« Nous avons des discussions avec tous les sites en ce moment, a précisé Toshiro Muto, grand patron du comité d’organisation. Pour le moment, nous n’avons pas pris une décision. Cependant, certains problèmes sont déjà apparus. »

Muto a ajouté que les organisateurs n’ont pas encore entendu dire de la part de gestionnaires de sites que les événements olympiques reprogrammés ne pouvaient pas y être organisés l’année prochaine.

« Il y a beaucoup d’installations qui ne peuvent pas encore prendre de décisions. Nous devons donc négocier avec eux, a-t-il dit. Si nous devons changer les sites, nous devrons peut-être également modifier le calendrier des compétitions.

« Personnellement, je ne pense pas qu’il y aura plusieurs changements majeurs au calendrier [des compétitions]. Mais nos discussions ne sont pas allées aussi loin. »

Un symbole

David Wallechinsky, le président de la Société internationale des historiens olympiques, a déclaré que les Jeux olympiques de 2021 — ils seront toujours officiellement appelés Jeux olympiques de 2020 — pourraient devenir un symbole pour un monde se ressaisissant après la pandémie.

« Je considère ce report comme une occasion pour le Mouvement olympique plutôt que comme un revers », a-t-il déclaré dans un courriel à l’Associated Press.

Il a souligné qu’une annulation pure et simple, plutôt qu’un report, n’était probablement pas possible.

« D’un point de vue financier, l’annulation n’était pas une option viable, a-t-il déclaré. Les répercussions auraient été complexes. »

La flamme olympique, arrivée de Grèce le 12 mars, restera temporairement dans la préfecture du nord-est de Fukushima. Les Jeux olympiques étaient censés célébrer le combat de cette région pour se relever après le tremblement de terre, le tsunami et l’effondrement de trois réacteurs nucléaires en 2011. Mais le symbolisme de la flamme l’année prochaine est susceptible d’être davantage associé à la reprise des activités après la pandémie.

Coûts énormes

Mori et Muto ont tous deux reconnu que le fait de relancer les Jeux olympiques entraînerait des « coûts énormes ». Les estimations varient entre 2 et 6 milliards US supplémentaires. Et les contribuables japonais assumeront la majeure partie des factures, comme ils l’ont fait pour la plupart des préparatifs jusqu’ici.

Le Japon dépense officiellement 12,6 milliards US pour organiser les Jeux olympiques. Cependant, un bureau d’audit du gouvernement japonais indique que les coûts sont déjà deux fois plus élevés.

Toutes les dépenses sont de l’argent public, à l’exception de 5,6 milliards US provenant d’un budget de fonctionnement financé par des fonds privés. Environ 3,3 milliards US de ce budget ont été recueillis grâce à des accords de commandite locaux menés par Dentsu Inc., la société géante japonaise de publicité et de relations publiques.

Ce montant de commandite est presque trois fois plus élevé que tous les Jeux olympiques précédents.

« Les contrats de commandite actuels expireront cette année, a déclaré Muto. Et puisque les jeux seront prolongés jusqu’à l’année prochaine, nous aimerions leur demander des extensions. Je n’entends pas qu’ils ont d’objections spécifiques à cela. Et quant à savoir si nous aimerions leur demander plus de contributions — rien n’a encore été décidé. »