(Tokyo) Le Comité international olympique et les organisateurs des Jeux de Tokyo répètent depuis des mois que les Olympiques auront lieu à compter du 23 juillet 2021 malgré la pandémie.

Stephen Wade
The Associated Press

Ils le crieront encore plus fort sur tous les toits lundi et mardi. Le président du CIO, Thomas Bach, sera à Tokyo pour faire une tournée, serrer des mains et poser pour des photos à sa première visite depuis le report des Jeux, il y a plus de sept mois.

Bach a l’intention de répéter son message devant des politiciens qui l’appuient et un public distrait par la pandémie et ambivalent au sujet de la présentation des Jeux — en plus d’être inquiet de la situation socio-économique.

Il est peu probable que Bach fournisse des détails lors de discours public, mais il a affirmé à maintes reprises que le CIO prépare « plusieurs scénarios » pour permettre à 11 000 athlètes de se rendre à Tokyo, ainsi qu’à des partisans d’assister aux compétitions. Les Jeux paralympiques doivent également regrouper 4350 athlètes.

Bach a parlé avec confiance qu’un vaccin sera prêt à temps et que des tests de dépistage rapides seront disponibles. Il a affirmé que ces deux outils rendraient plus facile la présentation des Jeux, ainsi que les évènements de qualification.

« Je crois que nous avons de plus en plus confiance qu’il y aura un nombre raisonnable de spectateurs », a dit Bach la semaine dernière dans les quartiers généraux du CIO en Suisse. Il croit qu’il sera aussi possible pour les visiteurs étrangers d’assister aux Jeux, mais le nombre et le protocole sont encore incertains.

Bach a aussi été questionné la semaine dernière à savoir s’il se rendait à Tokyo pour discuter des plans de contingence en cas d’annulation des Olympiques.

« Non », a-t-il simplement répondu.

Bach se rend à Tokyo dans un avion privé et il rencontrera le nouveau premier ministre Yoshihide Suga lundi matin. Quelques heures plus tard, il remettra un prix olympique à l’ancien premier ministre Shinzo Abe.

Une heure plus tard, il rencontrera la gouverneure de Tokyo, Yuriko Koike, puis participera à une conférence de presse en compagnie du président du comité organisateur des Jeux de Tokyo, Yoshiro Mori, un autre ancien premier ministre. Plusieurs évènements se feront de manière virtuelle, mais d’autres seront ouverts sur place à des journalistes.

Le Japon a rapporté un peu moins de 1900 décès attribués à la COVID-19. Il a mieux contrôlé la propagation du virus que plusieurs pays, mais a enregistré des hausses records de cas au cours des derniers jours, alors que plusieurs régions du monde font face à une deuxième vague.

Bach n’a pas d’apparitions publiques à l’horaire mardi avant le milieu de l’après-midi. Il est possible qu’il rencontre des commanditaires ou qu’il accorde des entrevues aux médias locaux.

Il se rendra dans le village des athlètes le long de la baie de Tokyo mardi après-midi, puis au nouveau Stade national de 1,4 milliard US.

Bach a déjà qualifié les Jeux de Tokyo des mieux préparés de l’histoire, ce qu’il devrait répéter plusieurs fois pendant son séjour.

Il risque d’éviter le sujet des coûts de l’évènement, dont la majorité est payée par les fonds publics. Une étude de l’Université d’Oxford a conclu qu’il s’agissait des Jeux d’été les plus dispendieux de l’histoire.

Un contrôle des dossiers du gouvernement l’an dernier indiquait que les coûts pourraient atteindre les environs des 25 milliards. Seulement 5,6 milliards ne proviennent pas des fonds publics.

C’était avant les dépenses liées au report des Jeux, estimées entre deux et trois milliards. Le CIO a indiqué qu’il pourrait offrir environ 650 millions au Japon pour le report des Jeux, mais n’a pas fourni publiquement plus de détails à ce sujet.

Le comité organisateur des Jeux de Tokyo avait déclaré que l’évènement coûterait 7,3 milliards quand on lui a accordé les Olympiques en 2013.