(Tokyo) La cycliste Lauriane Genest a causé une surprise de taille en remportant la médaille de bronze de l’épreuve de Keirin aux Jeux olympiques de Tokyo, jeudi soir, au vélodrome d’Izu.

Simon Drouin
Simon Drouin La Presse

Genest est partie du sixième et dernier rang en finale pour remonter de trois places. Elle a franchi la ligne d’arrivée à 0,148 seconde de la médaillée d’or, la Néerlandaise Shanne Braspennincx. La Néo-Zélandaise Ellesse Andrews (+0,061 sec) a gagné l’argent.

« Je n’ai pas tant de mots pour le moment parce que je ne le réalise pas trop », a déclaré Genest.

C’est en tombant dans les bras de son entraîneur, Franck Durivaux, qu’elle a pris la mesure de son exploit.

« Je savais que j’avais franchi la ligne en troisième. Je n’étais pas certaine. J’ai regardé le tableau. J’ai vu mon nom. Après je cherchais Frank, il est où Frank ? C’est un peu quand je l’ai serré dans mes bras que je l’ai réalisé. »

Genest a eu le bonheur de disputer la finale avec son amie et compatriote Kelsey Mitchell. L’Albertaine de 27 ans a pris le cinquième rang (+0,566). En demi-finale, la Québécoise a dû attendre le résultat d’une photo d’arrivée pour confirmer sa place en finale.

« Quand j’ai su qu’on était les deux, ça a été un des meilleurs moments de la journée, si ça ne bat pas le moment où j’ai fini la course pour la troisième position. Qu’on soit en finale ensemble, c’est juste incroyable. Ça prouve qu’on a tellement travaillé fort et qu’on est capables de se pousser. On est de niveau pour la scène internationale. »

Originaire de Lévis, Genest, 23 ans, s’est convertie au cyclisme sur piste à l’âge de 17 ans après une carrière en patinage artistique.

Elle avait terminé respectivement 16e et 13e au keirin aux Championnats du monde de 2019 et 2020. Elle a enlevé l’or aux Championnats panaméricains de 2019. Elle s’est aussi classée cinquième à la vitesse individuelle aux Jeux du Commonwealth en 2018.

Très populaire au Japon, le keirin est une discipline où six cyclistes sont lancés par un « lièvre » en vélo électrique jusqu’à une vitesse d’environ 50 km/h. Les cyclistes ont ensuite trois tours de 250 mètres avant de se disputer un sprint.