(Genève) Le Comité international olympique (CIO) a minimisé les inquiétudes causées par l’appel à l’annulation des Jeux olympiques de Tokyo par la population japonaise avant que sa conférence de presse virtuelle ne soit interrompue par un manifestant.

Graham Dunbar Associated Press

La conférence de presse a eu lieu après une rencontre mensuelle du comité exécutif du CIO, tenue en plein état d’urgence à Tokyo, alors que le gouvernement nippon tente d’endiguer la plus récent vague de COVID-19 à toucher le pays.

Les sondages menés au Japon arrivent tous à la même conclusion : une majorité de Japonais souhaite l’annulation des Jeux d’été, qui doivent avoir lieu du 23 juillet au 8 août après avoir été reportés d’un an.

« Nous écoutons, mais nos décisions ne seront pas basées sur l’opinion publique, a déclaré le porte-parole du CIO Marl Adams. Tout nous indique que les Jeux peuvent aller de l’avant et vont aller de l’avant. »

Adams a remplacé son patron, le président du CIO, Thomas Bach, dont la visite prévue au Japon la semaine prochaine a été annulée lundi, après que l’état d’urgence à Tokyo et dans d’autres régions eut été prolongée jusqu’au 31 mai.

La dernière question de la visioconférence a été offert à un reporter de Yahoo! Sports. Mais à la place, un manifestant contre les JO est apparu à l’écran, banderole anti-jeux noire et blanche en mains.

« Pas d’Olympiques nulle part, pas d’Olympiques nulle part, a-t-il dit avant de tenir un langage ordurier et d’ajouter : Pas d’Olympiques à L.A., pas d’Olympiques à Tokyo. »

Sa ligne a alors été coupée. Les Jeux d’été de 2028 doivent avoir lieu à Los Angeles.

Adams a minimisé cette intervention en disant que si Bach avait été présent, cela aurait probablement « rendu cette manifestation plus intéressante ».

Le groupe NOlympics LA a plus tard prétendu sur son compte Twitter qu’il s’était introduit dans la conférence du CIO.

Cette semaine particulière pour le CIO survient à 78 jours seulement de l’ouverture des Jeux, qu’Adams a qualifiés de « moment historique pour le monde et qui rendra fiers les Japonais ».

Les Jeux olympiques perdent habituellement en popularité dans le pays hôte jusqu’à ce que l’engouement reprenne pour l’ouverture des JO et le début des compétitions.

« Je suis très confiant que nous verrons les Jeux regagner la faveur de l’opinion publique », a assuré Adams, qui a rappelé que la population japonaise avait fortement appuyé la candidature de Tokyo. Cette dernière avait battu Madrid et Istanbul au scrutin en 2013.

Mais l’opposition s’est depuis cristallisée contre des JO qui ont coût au moins 15 milliards US d’argent public.

Adams a parlé mercredi d’un sondage secret connu du CIO et des organisateurs à Tokyo, sans donner plus de détails.