Kobe Bryant «n'irait pas» à la Maison-Blanche si Trump l'invitait

Kobe Bryant était de passage à Paris dans... (Photo Michel Euler, AP)

Agrandir

Kobe Bryant était de passage à Paris dans le cadre d'une activité promotionnelle et il a profité de l'occasion pour parler de Donald Trump.

Photo Michel Euler, AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Paris

L'ancien joueur de basketball américain Kobe Bryant «n'irait pas» à la Maison-Blanche si le président des États-Unis Donald Trump l'invitait, a-t-il affirmé samedi lors d'un passage en France pour les besoins d'une opération de communication avec l'un de ses commanditaires.

Questionné au sujet d'une hypothétique invitation à la Maison-Blanche, l'ex-vedette des Lakers de Los Angeles a d'abord répondu: «Non, je n'irais pas».

«Je pense que c'est avant tout une question de respect et une question de se battre pour ses opinions», a poursuivi l'ancien joueur qui a pris sa retraite en 2016.

«Vous pouvez être d'accord ou ne pas être pas d'accord, ça me va, c'est la beauté de ce pays, de pouvoir parler au nom de ce qu'on croît, de porter ses opinions.»

«On peut être d'accord ou bien pas d'accord. Mais je respecte l'opinion des autres. Je pense que chaque opinion a sa place, donc je n'irais pas», a ajouté le «Black Mamba», son surnom, venu inaugurer un espace dédié au basket dans le XIXe arrondissement de Paris.

Bryant faisait référence au conflit opposant Donald Trump et les sportifs américains. Depuis près d'un mois le président américain s'est engagé dans un bras de fer avec les joueurs de football américain de la NFL, dont beaucoup posent genou à terre pendant l'hymne national. Ce geste controversé, effectué pour dénoncer les tensions raciales aux États-Unis et parfois le président américain lui-même, est interprété par Donald Trump comme un manque de respect envers l'Amérique.

Celui-ci s'en était pris aussi au basket, en retirant l'invitation à la Maison-Blanche à Stephen Curry, le meneur de l'équipe de NBA des Warriors de Golden State vainqueur du dernier championnat, qui avait exprimé sa défiance à l'égard de la nouvelle administration.

Curry avait reçu le soutien de la vedette de la NBA, LeBron James, dans un tweet adressé au président américain qu'il traitait de «minable».




À découvrir sur LaPresse.ca

Infolettre Rondelle Libre

la boite: 1600166:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer