Source ID:; App Source:

Torture: Abou Dhabi condamne le comportement de l'un de ses princes

Agence France-Presse
Abou Dhabi

Le gouvernement d'Abou Dhabi a condamné jeudi le comportement de l'un de ses princes qui apparaît dans une vidéo en train de torturer un homme.

«Le gouvernement condamne sans équivoque les actes montrés dans la vidéo», indique un communiqué diffusé seulement en anglais sur l'agence officielle Wam avant une visite de Dennis Ross, conseiller spécial auprès de la secrétaire d'Etat pour le Golfe et l'Asie du Sud-Ouest.

Abou Dhabi est le principal émirat de la fédération des Emirats arabes unis.

Le communiqué ne mentionne pas le nom du prince incriminé qui est selon la vidéo, un reportage de la chaîne américaine ABC diffusé le 22 avril, cheikh Issa Ben Zayed Al-Nahyane.

Cheikh Issa est le frère du souverain d'Abou Dhabi, cheikh Khalifa Ben Zayed Al-Nahyane, également président de l'Etat des Emirats.

Dans la vidéo, on peut le voir en train de battre un homme avec un bout de bois clouté et mettre du sel sur ses blessures. On peut voir aussi une voiture rouler sur les jambes de la victime.

Le gouvernement d'Abou Dhabi rappelle que la Constitution garantit dans son article 25 les droits de l'Homme et indique que le département de la Justice va examiner la vidéo et publier ses conclusions le plus tôt possible.

Il indique toutefois, en se basant sur une déclaration du ministère de l'Intérieur, que le différend a été réglé et qu'aucune plainte n'a été déposée.

Selon ABC, l'homme torturé, avec l'aide d'un policier, est un marchand afghan qui aurait égaré une cargaison de grains d'une valeur de 5.000 dollars.

Mais et malgré l'absence d'une plainte, le gouvernement d'Abou Dhabi assure que «les faits montrés constituent une violation des droits de l'Homme et que, de ce fait, ils feront l'objet d'un examen complet».

Human Rights Watch a estimé que la décision d'examiner ce cas constituait «un premier pas positif», mais appelé à une enquête qui soit conduite par un organisme indépendant et à des sanctions.

Il reste à savoir «si l'enquête va déboucher sur la punition des gens impliqués dans ces actes de brutalité et des mesures pour empêcher qu'ils ne se reproduisent plus», a indiqué dans un communiqué la directrice de HRW pour le Moyen-Orient, Sarah Leah Whitson.

Pour HRW, les Emirats doivent ratifier la Convention contre la torture et renoncer publiquement et sans équivoque à de tels actes.

Le département d'Etat américain a indiqué avoir pris connaissance de la vidéo et appelé «tous les gouvernements à enquêter sur les allégations d'actes criminels». Un membres du Congrès, James McGovern, a appelé Washington à suspendre l'assistance aux Emirats jusqu'à l'ouverture d'une enquête.




la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer