(Wangels) Le G7 ne « reconnaîtra jamais » les frontières que la Russie veut imposer par la force avec sa guerre en Ukraine, ont affirmé samedi les ministres des Affaires étrangères du groupe des sept grandes puissances.

Publié le 14 mai
Agence France-Presse

« Nous ne reconnaîtrons jamais les frontières que la Russie a essayé de changer par son intervention militaire », indiquent les chefs de la diplomatie dans une déclaration diffusée à l’issue d’une réunion de trois jours à Wangels, au nord de l’Allemagne

« Nous maintiendrons notre engagement à soutenir la souveraineté et l’intégrité territoriale de l’Ukraine, y compris la Crimée […] », précisent-ils.

La cheffe de la Diplomatie allemande Annalena Baerbock, dont le pays assure la présidence du G7 cette année, a insisté sur le fait qu’il revenait à l’Ukraine « de décider elle-même », « car c’est son territoire ».

PHOTO MARCUS BRANDT, AGENCE FRANCE-PRESSE

La cheffe de la Diplomatie allemande Annalena Baerbock

« Nous soutiendrons les mesures […] que prendra l’Ukraine afin de garantir la liberté et la paix dans le pays », a-t-elle dit lors d’une conférence de presse clôturant la réunion.

Ces déclarations interviennent alors que des combats particulièrement violents sévissent dans la région du Donbass (est), en partie contrôlée depuis 2014 par des séparatistes prorusses, et sur laquelle Moscou se concentre depuis des semaines sans faire d’avancées significatives.

Les ministres ont réitéré leur demande à la Russie de « mettre fin à la guerre qu’elle a commencé sans provocation [de la part de l’Ukraine] et à la souffrance tragique et les pertes en vies humaines qu’elle continue de provoquer ».

Ils ont de nouveau appelé la Biélorussie « à cesser de faciliter l’intervention de la Russie et de respecter ses engagements internationaux ».

Les sept pays (Allemagne, Canada, États-Unis, France, Italie, Japon, et Royaume-Uni) ont par ailleurs condamné « les menaces irresponsables d’utilisation d’armes chimique, biologique ou nucléaire » proférées par le président russe Vladimir Poutine.

Ils ont promis samedi « d’élargir les sanctions » économiques visant Moscou pour son invasion de l’Ukraine à « des secteurs dont la Russie est particulièrement dépendante » tout en exhortant la Chine à « ne pas saper » ces mesures.

« Nous appelons la Chine à ne pas aider la Russie dans sa guerre d’agression contre l’Ukraine, à ne pas saper les sanctions imposées à la Russie pour son attaque contre la souveraineté et l’intégrité territoriale de l’Ukraine, à ne pas justifier l’action de la Russie en Ukraine et à renoncer à s’engager dans la manipulation de l’information, la désinformation et d’autres moyens pour légitimer la guerre d’agression de la Russie contre l’Ukraine », exhorte le communiqué final.