(Washington) Joe Biden a exclu tout envoi de militaires américains en Ukraine en cas d’invasion russe, mais quelques centaines de soldats américains y sont déjà déployés, et le Pentagone pourrait devoir les évacuer.

Publié le 19 janvier
Sylvie LANTEAUME Agence France-Presse

La présence de soldats américains en Ukraine n’a rien de nouveau : depuis 2015, des réservistes de la Garde nationale américaine y effectuent des rotations pour former et entraîner l’armée ukrainienne, aux côtés de soldats d’autres pays de l’OTAN, notamment canadiens et allemands.

Quelque 200 réservistes de la Garde nationale de Floride sont ainsi arrivés fin novembre au centre d’entraînement international de Yavoriv, dans l’ouest de l’Ukraine, pour participer à une mission de formation et d’assistance à l’armée ukrainienne.

PHOTO EFREM LUKATSKY, ARCHIVES ASSOCIATED PRESS

Le Canada aussi a des soldats en Ukraine depuis plusieurs années. Ci-haut, des soldats canadiens lors du défilé du Jour de l’indépendance ukrainienne, le 24 août 2018.

Ils sont « actuellement déployés en Ukraine dans le cadre de cette mission de conseil et d’assistance en rotation, ils participent aux entraînements et nous nous attendons à ce que cette mission se poursuive », a assuré mardi le porte-parole du Pentagone, John Kirby.

« Nous continuons à observer la situation sur le terrain, et si nous devons prendre des décisions pour protéger nos forces, nous le ferons », a-t-il ajouté, alors que la Maison-Blanche a estimé mercredi que la Russie peut lancer une attaque en Ukraine « à tout moment ».

Depuis 2015, la Garde nationale américaine — des réservistes qui participent aux opérations de secours en cas de catastrophes naturelles aux États-Unis, mais aussi à des opérations de formation et d’entraînement partout dans le monde — a effectué huit rotations de neuf mois en Ukraine.

La rotation actuelle de la garde nationale en Ukraine est prévue pour durer jusqu’à la fin juin.

Le centre de Yavoriv est situé dans l’extrême ouest de l’Ukraine, à une quinzaine de kilomètres seulement de la frontière polonaise, et les soldats américains ne paraissent pas courir de risque immédiat en cas d’invasion russe.

Selon les Occidentaux, la Russie a massé plus de 100 000 hommes près de ses frontières avec l’Ukraine, à l’est du pays. Des troupes russes sont en outre arrivées mardi en Biélorussie, autre pays frontalier de l’Ukraine, officiellement pour des manœuvres d’entraînement.

La Russie nie elle toute velléité belliqueuse à l’égard de l’Ukraine et se dit menacée par le renforcement de l’OTAN dans la région depuis la chute de l’URSS.

Forces spéciales présentes

Outre ces réservistes, l’armée américaine a déployé des soldats d’élite des forces spéciales en Ukraine, où ils participent à la formation des forces spéciales ukrainiennes, a indiqué à l’AFP un porte-parole du ministère américain de la Défense, le lieutenant-colonel Anton Semelroth.

« Pour des raisons de sécurité, nous ne pouvons divulguer leur nombre », a-t-il ajouté.  

Les forces spéciales américaines déploient généralement des petits groupes de soldats d’élite, formés pour fonctionner en quasi-autonomie.

Ils « jouent un grand rôle dans le développement des forces spéciales ukrainiennes en validant leur entraînement », a souligné le porte-parole. « Notre soutien et nos formations sont destinés à renforcer les relations (avec Kiev) et affirmer l’engagement des États-Unis à assurer le succès d’une Ukraine stable et libre ».

Les soldats américains forment notamment leurs homologues ukrainiens au maniement de l’armement que Washington a fourni à l’Ukraine, notamment des armes légères, des navires de patrouille et des lance-missiles antichar Javelin.

Les États-Unis ont annoncé mercredi le déblocage de 200 millions de dollars supplémentaires d’aide sécuritaire à l’Ukraine, qui s’ajoutent aux 450 millions de dollars débloqués avant les mouvements de troupes russes à la frontière ukrainienne à la fin de l’année dernière.

Interrogé le mois dernier sur la possibilité que les soldats américains présents dans le pays puissent participer à un éventuel conflit aux côtés de l’armée ukrainienne, le ministre de la Défense Lloyd Austin avait éludé la question.  

« Je pense que dans des situations comme celle-ci, annoncer des lignes rouges à ne pas franchir ne fait qu’exacerber le problème », avait-il déclaré à la revue spécialisée Defense One. « Nous devons nous concentrer sur les moyens de réduire les tensions ».

Ces soldats américains présents sur le terrain pourraient jouer un rôle si une évacuation des ressortissants américains en Ukraine s’avérait nécessaire face à une avancée de l’armée russe.

Le département d’État évalue entre 10 000 et 15 000 le nombre de ressortissants américains en Ukraine.