(Périgueux) « Soyons fiers de notre foie gras et de nos artisans » : 56 élus du Périgord prennent la plume pour défendre « une filière gastronomique d’excellence » en réponse au choix de certaines mairies écologistes comme Strasbourg, Grenoble ou Lyon de « bannir » le foie gras du menu des réceptions officielles.

Publié le 13 déc. 2021
Agence France-Presse

« À l’heure où les détracteurs du foie gras se multiplient, soyons fiers de notre identité gastronomique et de nos produits », écrivent lundi dans un « manifeste » 56 élus parmi lesquels le député Jean-Pierre Cubertafon et le président du conseil départemental de la Dordogne Germinal Peiro.

« L’opportunisme politique de quelques-uns ne doit pas mettre en danger l’ensemble d’une filière d’excellence surtout à une période si décisive pour ce secteur », ajoutent les signataires.

Même l’ancien ministre de la Justice François Bayrou, actuel maire de la ville de Pau, a sauté dans la mêlée.

Interrogé dimanche sur BFM-TV, le maire Bayrou a défendu une filière d’« excellence » en assurant que « le gavage d’aujourd’hui n’a rien à voir avec le gavage d’hier. Je puis vous assurer aujourd’hui que ce gavage est doux. Il ne l’était pas autrefois ».

Interdiction des canapés au foie gras

Passée quasi-inaperçue en septembre 2020, la décision de la majorité écologiste au conseil municipal de Lyon de proscrire les canapés au foie gras fait réagir depuis qu’elle a été saluée mardi dernier par l’organisation de défense des droits des animaux PETA. Outre Lyon, d’autres comme Strasbourg-depuis juillet 2020-et Grenoble — depuis 2014 — ont aussi banni le foie gras de leurs cérémonies et évènements. Le maire socialiste de Villeurbanne a pris une mesure similaire en mai 2021.

Ces décisions suscitent la « consternation » chez ces élus périgourdins défenseurs du foie gras qui reprochent à ces maires de s’appuyer « sur une vision dépassée et déformée » de la fabrication du foie gras.

« N’en déplaise à certains, l’immense majorité du foie gras est pourtant produite sur le territoire français au sein d’élevages éthiques, de taille réduite et respectant des normes qualitatives drastiques », soutiennent-ils.

« Nous condamnons fermement les dérives de l’élevage industriel qui conduit à produire du foie gras d’une qualité déplorable dans des conditions atroces », écrivent-ils encore.