(Londres) De peur d’attraper la COVID-19, de nombreux Londoniens rechignent à tenir la main courante des escaliers roulants des stations de métro. Résultat : une hausse de chutes potentiellement mortelles, s’inquiètent les transports londoniens, cités vendredi dans la presse britannique.

Agence France-Presse

Douze personnes sont mortes ou ont été grièvement blessées dans le métro d’avril à juin, et 23 dans des bus. C’est plus que lors des autres trimestres de l’année 2020-2021, souligne le quotidien The Telegraph.

Un des « plus grands risques » pour la sécurité des usagers est de ne pas se tenir et tomber en raison d’une « perception que la main courante n’est pas propre à cause de la pandémie », a commenté Andy Lord, le directeur général du métro londonien, cité dans le quotidien.

Les personnes âgées sont le plus à risque, leur chute intervenant souvent lorsqu’elles tentent de mettre un bagage sur l’escalier roulant, selon lui.

Un autre facteur de chute est l’ébriété de certains usagers, a-t-il poursuivi, avec une hausse des sorties nocturnes à mesure que le confinement était levé.

Outre un régime de nettoyage intensif du réseau déjà en place, la régie des transports (TfL) entend étendre l’installation, commencée l’an dernier, d’appareils à rayonnement ultraviolet sur la main courante des escaliers roulants pour éradiquer toute trace du virus.

Mentionné par le Telegraph, un rapport de TfL publié cette semaine sur la sécurité des passagers indique que le nombre de blessés par million d’usagers était actuellement « supérieur à l’objectif » fixé par la régie.

« Le nombre de personnes tuées ou blessées a augmenté avec le retour des clients sur le réseau. Le taux de blessures survenues dans les escaliers ou sur les escaliers roulants est resté relativement élevé », précise le document. « Par rapport au trimestre précédent, il y a aussi eu une légère hausse du nombre de blessures où l’ébriété a été un facteur ».