(Rome) Les chefs des Églises catholique, orthodoxe et anglicane ont uni leurs voix pour la première fois mardi dans « un appel urgent pour l’avenir de la planète » avant la COP26.

Agence France-Presse

Le pape François, le patriarche orthodoxe Bartholomée et l’archevêque de Cantorbéry, Justin Welby, chef spirituel des anglicans, « exhortent chacun, quelles que soient ses croyance ou vision du monde, à s’efforcer d’écouter le cri de la Terre ».

« Nous devons choisir la nature du monde que nous voulons laisser aux générations futures […]. Alors que les dirigeants du monde s’apprêtent à se rencontrer en novembre à Glasgow pour débattre de l’avenir de notre planète, nous prions pour eux et envisageons les choix que nous devons tous faire », écrivent les chefs des trois clergés dans un document conjoint publié par le Saint-Siège.

« C’est la première fois que nous nous sentons obligés de nous saisir ensemble de l’urgence de la protection de l’environnement, de son impact sur la pauvreté persistante, et de l’importance de la coopération mondiale. Ensemble, au nom de nos communautés, nous en appelons au cœur et à l’esprit de tout chrétien, de tout croyant et de toute personne de bonne volonté », poursuivent-ils.

PHOTO TIZIANA FABI, ARCHIVES ASSOCIATED PRESS

Cette photo prise le 20 septembre 2016 montre le pape François, flanqué du patriarche orthodoxe de Constantinople Bartholomée Ier (à gauche), et de l’archevêque de Cantorbéry Justin Welby, priant ensemble à la basilique Saint-François, à Assise, en Italie. Ces trois dirigeants chrétiens ont lancé un appel conjoint aux délégués de la conférence sur le climat de Glasgow pour qu’ils « écoutent le cri de la Terre » et fassent des sacrifices pour sauver la planète.

« C’est un moment critique. L’avenir de nos enfants et l’avenir de notre maison commune en dépendent », concluent les dignitaires chrétiens.

La conférence mondiale sur le climat (COP26), à laquelle devrait participer le pape, doit se tenir du 31 octobre au 12 novembre à Glasgow (Écosse).

Les conférences climat réunissent en général plusieurs dizaines de milliers de personnes, participants, ONG, société civile, entreprises, médias.

Or beaucoup de pays, notamment les plus pauvres qui accusent un grand retard dans leurs plans de vaccination, ont exprimé ces derniers temps leurs inquiétudes sur leur capacité à y participer en raison de la pandémie de COVID-19.

Mardi, le Climate Action Network, qui regroupe quelque 1500 ONG dont Greenpeace, WWF, Action Aid, Oxfam ou encore Amnistie internationale, a réclamé le report du sommet de Glasgow, estimant « impossible » la tenue d’une réunion « juste et inclusive » dans les conditions sanitaires actuelles.