(Berlin) Près d’une centaine de policiers ont été blessés et plus de 300 personnes interpellées à Berlin lors des divers rassemblements du 1er mai, marqués en soirée par des échauffourées, selon la police et les autorités locales qui ont dénoncé des violences « inacceptables ».

Agence France-Presse

Au moins 93 policiers ont été blessés et 354 personnes arrêtées, a précisé le ministère de l’Intérieur de la Ville-État de Berlin.

PHOTO MARKUS SCHREIBER, ASSOCIATED PRESS

« Les violences lors de rassemblements sont absolument inacceptables », a réagi Barbara Slowik, responsable de la police berlinoise. « La situation a dégénéré mais a été rapidement maîtrisée », a-t-elle toutefois précisé.

Le responsable des Affaires intérieures de la Ville de Berlin, Andreas Geisel, a condamné « la rage de destruction aveugle » et les violences.

PHOTO TOBIAS SCHWARZ, AGENCE FRANCE-PRESSE

Le maire de Berlin, Michael Mueller a, lui, affirmé que « la violence, la haine et l’ignorance n’avaient pas leur place dans notre société, ni le 1er mai, ni aucun autre jour ».

Au total, environ 30 000 personnes ont défilé lors de la journée de la fête du Travail dans plusieurs cortèges tout au long de la journée dans la capitale allemande, dont la plupart se sont déroulés de manière pacifique.

C’est dans la soirée que la situation s’est tendue lorsque, selon la police, les forces de l’ordre ont dispersé un cortège de l’extrême gauche violente, les « Black Block », dont les membres ne respectaient pas les restrictions sanitaires liées à la pandémie de COVID-19.

Des « échauffourées violentes » se sont alors produites, des manifestants jetant notamment des bouteilles ou pierres sur les forces de l’ordre et allumant des conteneurs à ordures ou des palettes de bois sur la chaussée, a indiqué la responsable de la police berlinoise.  

PHOTO AXEL SCHMIDT, REUTERS

Les manifestants étaient réunis sous le mot d’ordre « 1er mai révolutionnaire ». Et selon les organisateurs, des douzaines d’entre eux ont été blessés par des « coups injustifiés » des forces de police.

La police avait déployé samedi quelque 5600 personnes dans la crainte d’incidents.

Plus de 20 rassemblements ont été organisés au total pour le 1er mai à Berlin, avec des mots d’ordre divers allant de la hausse des loyers, à la politique migratoire en passant par l’opposition aux mesures de restrictions liées à la pandémie.

D’autres manifestations à Hambourg et Francfort se sont également terminées par des arrestations, la police utilisant des canons à eau pour disperser des manifestants lançant des bouteilles ou des feux d’artifice.