(Reykjavik) Un tremblement de terre de magnitude 5,7 a secoué le sud-ouest de l’Islande mercredi matin, dont la capitale Reykjavik, sans dégât ni victime signalés.

Agence France-Presse

L’épicentre de l’importante secousse enregistrée à 5 h 05 se situe près du mont Keilir, petit relief de quelque 400 mètres dans la péninsule de Reykjanes, à une trentaine de kilomètres au sud de la capitale nordique.

De très nombreuses répliques, dont onze d’une magnitude supérieure à 4, ont été mesurées par la suite, et se poursuivaient à la mi-journée, a constaté un correspondant de l’AFP à Reykjavik.

« C’est une zone d’activité intense, nous le savons très bien, mais je n’ai jamais vécu ni ressenti autant de tremblements de terre aussi puissants en si peu de temps (à Reykjavik), c’est inhabituel », a témoigné Kristin Jonsdottir, coordonnatrice des risques sismiques à l’Institut météorologique d’Islande, sur la RUV, la télévision publique islandaise.  

Le code couleur pour l’aviation du système volcanique de Krysuvik, région dans laquelle se situe l’essaim sismique, est passé du vert au jaune indiquant que « le volcan connaît des signes d’agitation élevée au-dessus des niveaux antérieurs connus ».

Aucun signe d’éruption volcanique n’a toutefois été détecté dans une zone où la dernière remonte au XIIe siècle.

Depuis plus d’un an, la péninsule de Reykjanes, particulièrement active car située sur une faille tectonique, est secouée par de nombreux tremblements de terre.

Le dernier séisme important remontait à octobre, avec une secousse de magnitude 5,6.