(Moscou) Les polices de Moscou et de sa région ont lancé jeudi des avertissements aux Russes avant de nouvelles manifestations en faveur de l’opposant emprisonné Alexeï Navalny prévues dimanche.

Agence France-Presse

Dans un communiqué, la branche du ministère de l’Intérieur dans la capitale russe a indiqué que « les tentatives » de rassemblements non autorisés et « toutes provocations » seront « interrompues immédiatement ».

Menaces de poursuites

Elle a également menacé de poursuites judiciaires ceux qui répondront à ces appels.

Dans une mise en garde similaire, la police de la région de Moscou a également demandé aux parents de s’assurer que leurs enfants mineurs ne participeraient pas aux manifestations.

« Même le fait de se trouver à un rassemblement ou un défilé non autorisés peut être considéré comme une violation de la loi », a indiqué cette source.

L’équipe de l’opposant Alexeï Navalny a appelé les Russes à manifester dans tout le pays dimanche, après de premiers rassemblements la fin de semaine dernière qui ont débouché sur plus de 4000 interpellations.

Une vingtaine d’accusations au criminel ont parallèlement été ouvertes, notamment pour appels à des troubles, hooliganisme, violences à l’encontre des policiers et incitation de mineurs à commettre des actions illégales.

À Moscou, sept de ces enquêtes ont été ouvertes, ont indiqué jeudi les autorités. Au moins 110 personnes ont par ailleurs été condamnées à de courtes peines pour des violations administratives.

M. Navalny est lui-même la cible de multiples affaires judiciaires depuis son retour et son emprisonnement en Russie, le 17 janvier, après des mois de convalescence en Allemagne pour un empoisonnement présumé dont il accuse le président Vladimir Poutine d’être responsable.  

Jeudi, la justice russe a maintenu sa détention provisoire jusqu’au 15 février, au minimum.