(Vienne) Les régions autrichiennes s’alarment de l’arrivée inhabituelle de visiteurs étrangers qui, sous motif de recherche de travail, viennent en fait profiter de l’ouverture des stations de ski et n’hésitent pas organiser des fêtes, bravant le confinement.

Agence France-Presse

Dans la province du Tyrol, dans l’ouest de l’Autriche, St-Anton déplore l’organisation de soirées arrosées, « signalées par le voisinage et qui ont nécessité l’intervention de la police », a raconté mercredi à l’AFP le maire du village de 2600 habitants, Helmut Mall.

Britanniques et Scandinaves

Selon lui, quelque 200 étrangers, la plupart originaires de Grande-Bretagne et de pays scandinaves, ont réussi à pénétrer dans la station pour skier et prendre du bon temps, improvisant des fêtes dans des granges ou logements privés.

« Nous sommes confinés, l’Autriche est confinée, le monde entier est confiné, et pourtant dans les rues, on voit des visages inconnus, des groupes chaque jour plus nombreux. Mais que font-ils tous ici ? », s’insurge l’élu.

« Nous renforçons les restrictions, mais pour ceux qui sont déjà là, il n’y a pas grand-chose à faire », a commenté de son côté Maximilian Brandhuber, un porte-parole du gouverneur du Tyrol.

Le puissant lobby du ski

Sous la pression du puissant lobby du ski, le gouvernement autrichien a autorisé la réouverture à Noël des remontées mécaniques, tout en en limitant théoriquement l’accès aux locaux, les hôtels restant eux fermés.

Les sports de plein air ne poseraient pas de risques sanitaires, contrairement aux écoles, magasins, musées et salles de concert, ont argué les autorités, à rebours de l’Allemagne et de la France qui ont décidé de se priver de glisse cet hiver.  

Mais la grogne monte dans le petit pays alpin alors que plusieurs communes de montagne ont constaté une hausse inexpliquée des inscriptions d’étrangers, disant chercher un emploi dans des restaurants ou hôtels, un secteur à l’arrêt depuis des mois.

D’après le maire, cette astuce permet à de petits malins de louer de manière légale des logements afin de profiter des pistes.  

Astuce partagée sur les réseaux sociaux

« Nous avons assisté à un grand nombre d’inscriptions, jusqu’à 20 par jour actuellement », a précisé M. Mall, outré de voir sur les réseaux sociaux l’échange de « conseils » pour s’infiltrer dans le pays.

Après avoir été durement frappée par la première vague, cette petite station huppée est pour l’instant épargnée par la pandémie, mais l’élu craint que ces nouveaux résidents n’apportent avec eux les variants redoutés du coronavirus.

Dans d’autres stations, des foyers sont déjà apparus : au moins 76 cas ont ainsi été recensés dans la région de Salzbourg en lien avec une formation de moniteurs, tandis qu’à Zillertal dans le Tyrol, la contamination de 17 employés de remontées mécaniques s’est propagée à une maison de retraite.