(Munich) Le chef de l’État allemand a critiqué vendredi l’égoïsme national propagé selon lui par l’administration américaine actuelle, estimant qu’il contribuait à la compétition relancée entre grandes puissances et rendait le monde moins sûr.

Agence France-Presse

« Notre principal allié, les États-Unis, refusent sous l’administration actuelle l’idée même d’une communauté internationale », a dénoncé Frank-Walter Steinmeier dans un discours prononcé en ouverture de la Conférence sur la sécurité de Munich, grand-messe internationale annuelle sur les questions de défense.  

« Les pays sont invités à placer leurs propres intérêts au-dessus de ceux de tous les autres, même aux dépens des voisins et des partenaires », a-t-il raillé à propos du slogan du président américain Donald Trump « Make America Great Again » (Rendre sa grandeur à l’Amérique).

PHOTO RONNY HARTMANN, AGENCE FRANCE-PRESSE

Le chef de l’État allemand, Frank-Walter Steinmeier

« Nous sommes témoins aujourd’hui d’une dynamique toujours plus destructrice de la politique mondiale », a estimé le président allemand, qui n’a pas de pouvoir exécutif mais dont la voix est écoutée car il incarne la conscience morale de l’Allemagne.  

« Année après année, nous nous éloignons de l’objectif d’une coopération internationale visant à créer un monde pacifique. L’idée d’une compétition des grandes puissances […] imprègne la réalité sur toute la planète », a-t-il regretté.

L’Allemagne, qui compte depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale surtout sur le parapluie militaire américain pour sa défense, est préoccupée et largement tétanisée par le repli américain accéléré depuis l’arrivée au pouvoir de Donald Trump.

Le président américain n’a cessé en outre d’accuser l’Allemagne, première économie européenne, de ne pas assez dépenser dans le secteur militaire malgré de confortables excédents budgétaires, et de se comporter en « parasite » de l’armée américaine.