(Londres) Le gouvernement britannique a classé le nouveau coronavirus en « menace grave et imminente pour la santé publique » lundi et annoncé quatre nouveaux cas, portant à huit le nombre de personnes atteintes au Royaume-Uni.

Agence France-Presse

« L’incidence ou la transmission du nouveau coronavirus constitue une menace grave et imminente pour la santé publique », indique le ministère de la Santé dans un communiqué, expliquant avoir pris des mesures pour « retarder ou empêcher de nouvelles transmissions du virus ».

Dans le cadre des nouvelles mesures, les personnes atteintes de coronavirus peuvent désormais être mises en quarantaine de force et ne seront pas libres de partir, et peuvent être isolées contre leur volonté si elles constituent une menace pour la santé publique.

« Nous renforçons nos réglementations afin de pouvoir maintenir les individus à l’isolement pour leur propre sécurité et si les professionnels de la santé publique estiment qu’ils risquent de propager le virus à d’autres personnes », a déclaré un porte-parole du ministère de la Santé. « Cette mesure facilitera le travail des professionnels de la santé afin de contribuer à la sécurité des personnes à travers le pays », a-t-il ajouté.

Selon une source gouvernementale citée par l’agence de presse britannique Press association, les mesures ont été prises après qu’une personne évacuée de Chine a « menacé de s’enfuir » suite à 14 jours d’isolement.

Le gouvernement a annoncé faire de l’hôpital d’Arrowe Park dans le Merseyside (nord de l’Angleterre) et le centre de Kents Hill Park à Milton Keynes (centre de l’Angleterre) des lieux destinés à l’« isolement ».

Le nouveau coronavirus a fait 908 morts en Chine continentale (hors Hong Kong et Macao), où le nombre des personnes infectées dépasse les 40 000, selon le dernier bilan établi lundi par les autorités, confirmant une certaine stabilité dans la progression de l’épidémie.

Quatre personnes en Angleterre ont été testées positives au nouveau coronavirus, portant à huit le total de personnes touchées, a indiqué lundi le ministère de la Santé. « Les nouveaux cas sont tous des contacts connus d’un cas précédemment confirmé au Royaume-Uni », a précisé le ministère, indiquant que « le virus a été transmis en France ».

Contactées par l’AFP, les autorités de santé n’ont pu confirmer si ces cas sont les mêmes que les cinq (quatre adultes et un enfant) signalés samedi par les autorités françaises. Le ministère français de la Santé avait annoncé qu’un Britannique de retour de Singapour avait transmis le nouveau coronavirus à cinq de ses compatriotes qu’il avait rejoints pour quelques jours dans une station des Alpes françaises.

Les malades ont été admis dans des centres de santé spécialisés où des « mesures fiables de contrôles de l’infection sont mises en place pour empêcher la transmission du virus ».

Dans le même temps, les milieux d’affaires s’interrogent sur les conséquences économiques de l’épidémie, ce qui rend fébriles les investisseurs sur les marchés financiers.

Le coronavirus perturbe l’activité de grands groupes et les déplacements des touristes, avec quasiment aucun espoir de dédommagements puisque très peu sont assurés contre ce type de risque.

« Il est fort possible ce que soit un événement pour lequel il existe peu d’assurances, parce que l’Asie est moins assurée que d’autres parties du monde et parce que le virus lui-même est nouveau », a prévenu sur la radio BBC 4 Bruce Carnegie-Brown, président du marché de l’assurance Lloyd’s of London.