(Paris) Le procès hors norme des attentats du 13 novembre 2015, qui ont fait 130 morts à Paris et Saint-Denis, en France, est prévu du 8 septembre 2021 à fin mars 2022, a-t-on appris vendredi de sources proches du dossier.  

Agence France-Presse

Les dates de cette audience-fleuve ont été communiquées vendredi après-midi aux avocats référents lors d’une réunion d’organisation au palais de justice de Paris, et ont été confirmées à l’AFP par le parquet national antiterroriste (PNAT).  

Quelque 110 journées d’audience sont prévues au total, du mardi au vendredi à partir de la mi-journée, selon une source proche du dossier.  

Au terme d’une enquête tentaculaire menée en France et en Belgique, 20 personnes ont été renvoyées devant la cour d’assises spéciale de Paris.  

Parmi elles : le Franco-Belge Salah Abdeslam, seul membre encore en vie des commandos qui ont frappé des terrasses de bar et la salle de spectacle du Bataclan au coeur de la capitale, ainsi que les abords du Stade de France, lors de ces attaques revendiquées par l’organisation État islamique (EI), les plus meurtrières de la vague d’attentats djihadistes en France.  

Pour accueillir les plus de 1750 parties civiles à ce jour, mais aussi les centaines d’avocats et de journalistes attendus, une salle d’audience de 550 places est en cours de construction au cœur de l’historique palais de justice de Paris, sur l’île de la Cité, en plein centre de la capitale.  

Initialement prévu à partir de janvier 2021, le procès du 13-Novembre avait été décalé en raison de la crise sanitaire.  

Quatorze des accusés sont aujourd’hui aux mains de la justice française ou de son homologue belge dans ce dossier, dont des logisticiens, convoyeurs et intermédiaires présumés.

Six autres personnes sont visées par un mandat d’arrêt.

Salah Abdeslam, détenu en France et placé à l’isolement, sera notamment jugé pour « association de malfaiteurs terroriste criminelle », « meurtres en bande organisée en relation avec une entreprise terroriste ».  

Le Belge Oussama Atar, soupçonné d’avoir planifié les attentats depuis la Syrie, sera lui jugé en son absence pour « direction d’une organisation terroriste » et « complicité de meurtres en bande organisée ».

Ce vétéran du djihad, identifié sous le nom de guerre d’« Abou Ahmed » et considéré comme un émir du groupe État islamique, n’a jamais été interpellé. Il est considéré comme mort par des services de renseignements.

Le 13 novembre 2015, trois commandos de neuf hommes avaient attaqué en plusieurs points la capitale française et Saint-Denis, aux abords du Stade de France, à des terrasses de restaurants et dans la salle de concerts du Bataclan.

Les investigations ont mis au jour une cellule djihadiste bien plus importante derrière ces attentats, avec des ramifications à travers l’Europe, essentiellement en Belgique.

Le 22 mars 2016, elle avait aussi frappé à l’aéroport et dans le métro de Bruxelles, faisant 32 morts. Le procès de cet attentat ne devrait pas se tenir avant septembre 2022.