(Londres) La reine Élisabeth II s’est rendue en toute discrétion sur la tombe du Soldat inconnu, ont annoncé samedi ses services, alors que le pays honorera cette année ses soldats morts à la guerre plus sobrement, en raison de la pandémie de nouveau coronavirus.  

Agence France-Presse

La monarque de 94 ans a déposé cette semaine un bouquet sur la tombe qui se trouve dans l’abbaye de Westminster, au cœur de Londres, pour célébrer le retour il y a 100 ans de ce soldat inconnu décédé lors de la Première Guerre mondiale, a indiqué Buckingham Palace dans un communiqué.  

Composé d’orchidées et de myrte, le bouquet s’inspirait de celui que la Reine portait à son mariage, précise le communiqué, reprenant ainsi la tradition royale instaurée par sa mère, qui avait déposé sur la tombe du Soldat inconnu son propre bouquet lors de son mariage en 1923, en hommage à son frère tué à la guerre.  

En raison de la résurgence de la COVID-19, qui a déjà fait plus de 48 500 morts au Royaume-Uni, les commémorations pour honorer les Britanniques morts au combat, habituellement organisées en grande pompe, seront cette année réduites, que ce soit pour le « Remembrance Sunday », qui a lieu chaque deuxième dimanche de novembre, ou pour le 11 novembre, célébrant l’armistice signé en 1918 entre l’Allemagne et les Alliés.  

Dimanche, la solennelle cérémonie de dépôts de couronnes de fleurs au Cénotaphe, dans le centre de Londres, se déroulera sans public ni défilé d’anciens combattants, mais en présence du prince Charles, qui y a pris depuis 2017 la place de sa mère.  

L’héritier du trône a également assisté au traditionnel concert du Royal Albert Hall, cette année pré-enregistré et diffusé samedi soir sur la BBC.  

Depuis jeudi, la province d’Angleterre est entrée dans un second confinement qui limite les interactions sociales, compliquant les collectes de fonds pour les anciens combattants.  

Le gouvernement a demandé aux organisateurs d’évènements locaux de « décourager le public d’y assister », voulant réduire les foules « au minimum ».  

Pour rendre tout de même hommage aux soldats, la Royal British Legion a encouragé les Britanniques à observer dimanche deux minutes de silence sur leur perron, ainsi qu’à orner leurs fenêtres de coquelicots, devenus symboles de mémoire depuis que ces fleurs rouges ont repoussé sur les champs de France et de Belgique où étaient tombés de nombreux britanniques pendant la Première Guerre mondiale.