(Istanbul) La Turquie a dénoncé mardi une politique de « deux poids deux mesures » de la part du Canada après qu’il a suspendu ses exportations d’armes vers Ankara en lien avec le conflit au Nagorny Karabakh.

Agence France-Presse

Le Canada a annoncé lundi qu’il suspendait ses exportations d’armes vers la Turquie pendant une enquête sur de possibles livraisons par ce pays de matériel militaire canadien en Azerbaïdjan, qu’Ankara soutient dans le conflit au Nagorny Karabakh face aux séparatistes arméniens.

« Nous attendons du Canada d’adopter une politique exempte de deux poids deux mesures et à résister à l’influence des milieux hostiles à la Turquie », a affirmé le ministère turc des Affaires étrangères dans un communiqué.

« Alors que le Canada ne voit aucun inconvénient pour exporter des armes aux pays militairement impliqués dans la crise au Yémen […] il ne peut y avoir d’explication pour interdire leur exportation vers un allié de l’OTAN », a ajouté le ministère.

Selon les médias canadiens, Ottawa a délivré en mai des permis à la société canadienne L3Harris Wescam pour exporter des systèmes d’imagerie et de ciblage à un fabricant de drones turc.  

Ce même matériel est maintenant au centre d’accusations selon lesquelles l’Azerbaïdjan utilise des drones fabriqués par la société turque Baykar dans les hostilités en cours depuis plus d’une semaine au Nagorny Karabakh.

Des combats entre Bakou et les séparatistes arméniens se sont poursuivis sans relâche lundi et des bombardements en zones urbaines font craindre de nouvelles victimes civiles.

La Turquie a pris fait et cause pour l’Azerbaïdjan depuis le début des affrontements.

Ottawa avait suspendu il y a un an ses exportations vers la Turquie, essentiellement de matériel militaire, après une incursion militaire d’Ankara dans le nord de la Syrie pour combattre les rebelles kurdes.

Le Canada avait cependant repris ses exportations en mai.