(Paris) La circulation virale est en « nette augmentation » en France, avec plus de 1000 nouveaux cas de coronavirus par jour, et l’épidémie a fait dix nouveaux morts dans les hôpitaux, a annoncé vendredi la Direction générale de la Santé (DGS).

Agence France-Presse

« Nous sommes revenus à des niveaux comparables à ceux de la fin de la période du confinement. Nous avons ainsi effacé une bonne partie des progrès que nous avions accomplis dans les premières semaines du déconfinement », regrette la DGS.

L’épidémie a fait 10 morts depuis jeudi dans les hôpitaux, portant le nombre total de décès à 30 192 personnes.

Depuis le début de l’épidémie, 19 676 personnes sont décédées au sein des établissements hospitaliers et 10 516 en établissements sociaux et médico-sociaux.

La prochaine actualisation des chiffres pour les établissements sociaux et médico-sociaux aura lieu le 28 juillet.

Au total, 5720 personnes sont hospitalisées pour COVID-19, dont 410 en réanimation, soit 26 de moins que jeudi.

Le taux de reproduction effectif du virus (ou « R effectif », basé sur les tests virologiques positifs) se situe désormais à 1,3, ce qui signifie que chaque malade de la COVID-19 contamine en moyenne 1,3 autre personne, un taux en hausse.

Depuis le 9 mai, 581 cas groupés (ou « clusters ») ont été détectés mais 366 sont « clôturés », relève la DGS. 215 foyers sont donc encore actifs au 24 juillet, dont 11 nouveaux détectés depuis la veille.

Un « cluster » est défini par la survenue d’au moins trois cas confirmés ou probables, dans une période de 7 jours, qui appartiennent à une même communauté ou ont participé à un même rassemblement.

« Il est plus que jamais nécessaire de retrouver une discipline collective : le télétravail, la réduction des expositions inutiles et surtout le test au moindre doute (484 000 tests réalisés par semaine), l’isolement automatique en cas de symptômes ou de contact avec un porteur du virus ou une personne malade sont essentiels pour limiter la reprise épidémique », rappelle la DGS.