(Budapest) La Hongrie a commémoré vendredi la mort il y a un an d’au moins 27 personnes, principalement des touristes sud-coréens, dans le naufrage d’un bateau de tourisme sur le Danube, l’une des pires accidents fluviaux de son histoire.

Agence France-Presse

Le 29 mai 2019, le petit bateau d’excursion Sirène transportant 33 Sud-Coréens et deux membres d’équipage hongrois a coulé en quelques secondes après avoir percuté le navire de croisière fluviale Viking Sigyn, immatriculé en Suisse.  

Sept touristes sud-coréens ont survécu au naufrage. Les corps de 27 victimes ont été retrouvés au fil de plusieurs semaines de recherches. Une personne reste portée disparue.

La société Panorama Deck, propriétaire du Sirène, a affrété vendredi trois bateaux et déposé une couronne de fleurs blanches dans l’eau sur le lieu de la collision. Une cloche a sonné 28 fois sur l’un des bateaux, et 28 bougies ont été allumées.  

Des dessins d’enfants et des mots d’hommage aux victimes étaient affichés sur un quai du fleuve. Des proches des victimes ont lâché des pétales depuis le pont Marguerite.

PHOTO ATTILA KISBENEDEK, AGENCE FRANCE-PRESSE

L’ambassadeur de Corée du Sud en Hongrie, Kyoo Sik Choe, touche un article de journal rappelant la tragédie.

Plus tard au cours de la matinée, le maire de Budapest, le ministre hongrois des Affaires étrangères et l’ambassadeur de Corée du Sud en Hongrie ont participé à une autre cérémonie à quai.  

Ils ont annoncé qu’un monument commémoratif conçu par des artistes coréens et hongrois devait initialement être inauguré vendredi, mais que sa conception a été retardée par la pandémie de nouveau coronavirus. Il devrait être installé d’ici à la fin de l’année près du lieu de l’accident.  

« La capitale fera tout pour que de tels accidents ne puissent plus se reproduire, une révision des règles régissant la circulation des bateaux sur le fleuve est en cours », a déclaré le maire de Budapest Gergely Karacsony.  

Des images de vidéosurveillance avaient montré le Viking Sigyn, imposant navire de 135 mètres, arriver à grande vitesse sur le Sirène, long de 26 mètres, le soir de la collision.  

Un procès a commencé en mars à Budapest. Le Viking Sigyn était piloté par un capitaine ukrainien de 64 ans, inculpé de « mise en danger » dans le cadre du code fluvial « ayant entraîné de nombreux décès », ainsi que de 35 autres chefs d’accusation.  

Les procureurs estiment qu’il est resté déconcentré durant au moins cinq minutes avant la collision. Il a ignoré par négligence la proximité dangereuse des deux navires et n’est pas venu en aide aux naufragés, selon l’acte d’accusation.

Selon le Code pénal hongrois, il est passible d’une peine allant de deux à onze ans de prison.  Cet accident de navigation est le plus grave depuis plus d’un demi-siècle en Hongrie.