(Moscou) La Russie a annoncé avoir recensé 32 008 cas de COVID-19 dont 4070 au cours des dernières 24 heures, un nouveau record, le président Vladimir Poutine évoquant des « risques très élevés » notamment dans les provinces mal équipées.

Agence France-Presse

Près de la moitié des nouveaux malades enregistrés vendredi l’ont été à Moscou (+1959). Suivent la région entourant la capitale (+472) et la deuxième ville du pays, Saint-Pétersbourg (+424). Au total, 273 personnes sont mortes, dont 41 ces dernières 24 heures.

S’exprimant au cours d’une réunion en vidéoconférence avec les gouverneurs de plusieurs régions, Vladimir Poutine a affirmé que « les risques de propagation de l’épidémie étaient toujours très élevés non seulement à Moscou mais dans les autres régions russes ».

PHOTO ALEXEI DRUZHININ, SPUTNIK, VIA AP

Il a ajouté que toutes les régions devaient être prêtes à faire face à la pandémie, même si des gouverneurs ont signalé un manque de matériel et de personnel qualifié.

Vladimir Sipiaguine, le gouverneur de la région de Vladimir, près de Moscou, a ainsi souligné que son territoire de 1,36 million d’habitants ne disposait que de 71 respirateurs artificiels et de la moitié des spécialistes en réanimation nécessaires.

En réponse, Vladimir Poutine lui a dit que les gouverneurs étaient là « pour surmonter les défis ».

De son côté, le maire de la capitale russe, Sergueï Sobianine, a annoncé vendredi la fin du chantier d’un hôpital sur le modèle chinois bâti en quelques semaines dans la banlieue. D’une capacité de 500 lits, il doit recevoir ses premiers patients lundi.

À Moscou, « le pic de morbidité devrait intervenir dans les deux à trois prochaines semaines », a prévenu Anastassia Rakova, la maire-adjointe chargée des questions sociales.

La mairie de la capitale russe, qui compte officiellement 12 millions d’habitants, s’est inquiétée jeudi du fait que les Moscovites n’observaient pas avec assez de rigueur le confinement décrété fin mars jusqu’au moins la fin du mois d’avril.

La Russie a effectué plus de 1,7 million de tests, mais les autorités ont admis leur manque de fiabilité même si elle s’est améliorée ces deux dernières semaines.