(Londres) La femme d’un diplomate américain soupçonnée d’être responsable de la mort d’un jeune motocycliste en Angleterre a été inculpée vendredi par le parquet britannique, qui a lancé une procédure d’extradition malgré l’opposition de Donald Trump.

Agence France-Presse

«Le Parquet a autorisé aujourd’hui la police du Northamptonshire à inculper Anne Sacoolas pour conduite dangereuse ayant causé la mort», a déclaré la procureure Janine Smith dans un communiqué.

Harry Dunn, 19 ans, est mort dans la collision de sa moto avec une voiture dans le centre de l’Angleterre, le 27 août. La conductrice du véhicule, Anne Sacoolas, 42 ans, roulait du mauvais côté de la chaussée. Invoquant l’immunité diplomatique, cette mère de trois enfants est repartie aux États-Unis.

Les parents de la victime, Charlotte Charles et Tim Dunn, demandent depuis justice, et exhortent les États-Unis à lever l’immunité diplomatique de Mme Sacoolas pour qu’elle retourne au Royaume-Uni afin d’y être jugée.

REUTERS

Charlotte Charles pose devant une bannière réclamant «justice pour Harry», devant le palais de Buckingham.

«Nous avons lancé une procédure d’extradition», a ajouté le parquet britannique dans un communiqué, qui précise que sa demande est maintenant examinée par le ministère de l’Intérieur britannique, avant d’être transmise aux autorités américaines.  

À Washington, le département d’État a regretté la décision du parquet britannique.

«Nous sommes déçus par l’annonce d’aujourd’hui et nous craignons qu’elle ne contribue pas à faciliter une solution», a déclaré un porte-parole de la diplomatie américaine, en réitérant ses condoléances aux parents de la victime.

Ces derniers se sont dits «soulagés» de l’inculpation et que l’affaire «n’ait pas été mise sous le tapis».

«Nous avions promis à Harry, sur son lit de mort, que nous obtiendrons justice pour lui», a déclaré sa mère, manifestement émue devant les locaux du Parquet, saluant un «grand pas en avant».  

Le ministre des Affaires étrangères Dominique Raab a salué une «étape importante pour que justice soit faite pour Harry».  

AP

Charlotte Charles à son arrivée à la gare Union Station, le 15 octobre à Washington, avant sa rencontre avec Donald Trump à la Maison-Blanche.

«J’espère qu’Anne Sacoolas comprendra maintenant que la bonne chose à faire est de revenir au Royaume-Uni et coopérer avec la justice», a-t-il ajouté.  

Cette affaire, qui rencontre un fort écho au Royaume-Uni, a provoqué des tensions entre Londres et Washington.

Donald Trump a évoqué un «accident horrible», le mettant sur le compte de la fatalité et de la difficulté pour un automobiliste américain de s’habituer à la conduite à gauche en Grande-Bretagne.

La visite de Charlotte Charles et Tim Dunn à la Maison-Blanche, le 15 octobre, a provoqué une polémique quand M. Trump a incité en vain les parents d’Harry à rencontrer Mme Sacoolas, qui se trouvait dans une pièce à côté entourée de photographes.