(Venise) Les gondoliers de Venise ont troqué dimanche soir leur chapeau à ruban rouge pour des scaphandres et ont plongé pendant six heures dans le Grand Canal pour récupérer les objets en tous genres qui s’y amoncellent, ont constaté des journalistes de l’AFP.

Agence France-Presse

« C’est une chose que nous faisons gratuitement pour cette ville qui nous a tant donné », a expliqué à l’AFP Lorenzo Brunello, l’un des gondoliers plongeurs.

Troquant leurs tenues bariolées pour des combinaisons totalement étanches similaires à celles d’un scaphandrier pour éviter tout contact avec les eaux troubles et contaminées de la lagune de Venise, une demi-douzaine de gondoliers plongeurs se sont relayés de 18 h jusqu’à minuit, à proximité du fameux pont du Rialto.

Lorenzo était venu avec son ami Alessandro Pulese qui fait habituellement le taxi sur l’eau. Dès leur travail terminé, ils ont enfilé leurs combinaisons.

Au fond des canaux vénitiens, on trouve de tout : bicyclettes, machines à laver et même des téléviseurs.

« C’est un autre monde », composé de « strates » d’objets plus ou moins anciens, dont des radios et des téléphones de différentes époques, a détaillé Lorenzo.

« Cela donne un signal à la cité », a ajouté Alessandro Pulese, « nous aimons notre ville ».

Pour la première fois, ces insolites chasseurs de déchets ont opéré de nuit.

Au cours de la première heure, ils ont remonté à la surface un four de cuisine, un écran d’ordinateur et une lampe, a répertorié la ville.

Leur objectif : « sensibiliser les gens petit à petit et faire quelque chose de tangible », a souligné Lorenzo.

Les deux hommes qui se sont formés ensemble effectuaient leur troisième sortie du genre.

« La première fois, nous avons ramassé 500 kg, la fois suivante 700 kg. On parle de tonnes de choses, d’ailleurs un pneu pèse environ 30 kg et l’enlever du fond ce n’est pas facile, car il est ancré dans la boue », a expliqué Lorenzo.

L’opération était menée avec le soutien de la mairie de Venise, dirigée par une femme Ermelinda Damiano, venue sur place « manifester le soutien de l’administration à cette admirable initiative des gondoliers, qui témoigne de l’affection et de l’amour pour notre belle ville ».

Entre février et juin, cinq autres interventions de ce type ont permis de récupérer quelque 2,5 tonnes de détritus, selon la mairie.

Les gondoliers à l’origine du projet, Stefano Vio et Alessandro Zuffi, veulent organiser une plongée par mois jusqu’en avril dans le Grand Canal, la principale artère de la ville lacustre, qui mène jusqu’à la Place Saint-Marc.

« Nous travaillons ici tous les jours et nous devons souvent nous battre avec des déchets flottant à la surface », ont-ils dit dans un communiqué.