(Copenhague) La première ministre du Danemark s’est dite «contrariée» par l’annulation d’une visite de Donald Trump après le rejet de son offre d’achat du Groenland, territoire autonome danois, assurant toutefois qu’il n’y avait «pas de crise» entre Copenhague et Washington.

Agence France-Presse

«Je suis évidemment contrariée et surprise par l’annulation de la visite d’État du président américain», a déclaré Mette Frederiksen lors d’une conférence de presse.

Mais «le Danemark et les États-Unis ne sont pas en crise», a-t-elle ajouté, soulignant que l’invitation du royaume scandinave «restait valable».

REUTERS

Le village de Tasiilaq, dans le sud-est du Groenland.

La Maison-Blanche a annoncé mardi soir que la visite de Donald Trump au Danemark prévue les 2 et 3 septembre avait été annulée.

En fin de semaine dernière, la presse américaine avait révélé que Donald Trump s’était renseigné sur la possibilité pour les États-Unis d’acheter le Groenland, immense territoire autonome de quelque 56 000 habitants, rattaché au Danemark.

M. Trump avait ensuite publié une série de tweets confirmant son intérêt pour l’île glacée de l’Arctique, déclenchant une salve de réactions mi-indignées, mi-amusées au Groenland et au Danemark.

En déplacement sur le territoire, Mme Frederiksen avait qualifié d’«absurde» la proposition d’achat du président américain.

La maison royale danoise, à l’origine de l’invitation de M. Trump, a exprimé sa «surprise» à l’annonce de l’annulation de son voyage, dans un commentaire écrit transmis à la chaîne de télévision publique DR.