(LONDRES) Joe James a eu la chance de capter en photo une tête couronnée devant Kensington Palace, hier : celle de sa fille, coiffée d’un scintillant diadème de plastique.

Philippe Teisceira-Lessard Philippe Teisceira-Lessard
La Presse

Comme quelques centaines d’autres Britanniques et touristes, la famille James était venue marquer l’arrivée du dernier-né de la famille royale. La duchesse de Sussex (mieux connue sous son nom de roturière, Meghan Markle) a donné naissance hier matin à un petit garçon de 7 lb 3 oz, presque un an après son mariage avec le prince Harry.

« Nous avons vu ça à la télé, alors nous sommes venus. Nous habitons Londres », a indiqué M. James en regardant les photos qu’il venait de prendre sur son téléphone. « C’est une bonne nouvelle. Un enfant qui naît, c’est toujours une bonne nouvelle. »

Il s’agit du premier bébé métis à voir le jour dans la famille royale, marquant un rapprochement supplémentaire entre les Britanniques et leurs souverains.

PHOTO CHRIS JACKSON, ASSOCIATED PRESS

Meghan Markle, duchesse de Sussex, a donné vie hier au dernier-né de la famille royale.

Les choses se sont précipitées en après-midi : quelques dizaines de minutes après l’annonce que le travail avait commencé, Buckingham Palace a indiqué que l’enfant était déjà né.

« Tellement craquant »

« La mère et le bébé vont très bien. Ç’a été l’expérience la plus extraordinaire que je puisse imaginer, a déclaré le nouveau père devant les écuries du château de Windsor, selon les images relayées par la télé britannique. Je ne comprends pas comment les femmes peuvent accomplir cela, mais nous sommes tous deux très heureux. » Derrière lui, les chevaux de la reine semblaient moins impressionnés.

« Chaque parent va dire que son bébé est incroyable, mais le nôtre est tellement craquant. Je suis tellement content. » — Le prince Harry

À une quarantaine de kilomètres à l’ouest, devant le palais de Buckingham, des employés en queue-de-pie ont installé l’annonce officielle sur un chevalet doré. Une file s’est rapidement mise en place, les curieux devant attendre une heure avant de pouvoir immortaliser leur visage avec l’annonce.

« Nous venons d’atterrir ce matin et j’ai justement dit à mon mari dans l’avion que ce serait amusant si le bébé naissait pendant que nous sommes ici », a expliqué l’Américaine Anne Mcfarlane, qui faisait la queue depuis une demi-heure afin de pouvoir rapporter un souvenir photographique de l’annonce. « C’est amusant, ça n’arrive qu’une fois dans sa vie ! Ça m’intéresse, je lis sur la famille royale quand je suis aux États-Unis. »

Catherin Manz et Tina Roos, deux touristes allemandes, venaient elles aussi d’arriver au Royaume-Uni. Leur niveau d’intérêt pour la royauté n’était pas aussi élevé que celui de Mme Macfarlane. « Pour être honnête, je ne savais même pas qu’elle était enceinte », a dit Mme Roos avant qu’un Anglais à portée de voix ne fasse semblant de s’indigner.

L’Union Jack flottait sur le toit du palais, symbole indubitable de la présence de la reine entre ses murs. Elle s’est dite « enchantée » par la nouvelle, dans un communiqué.

Grossesse top secret

Dans sa courte déclaration, le prince Harry a indiqué que le nom du nouveau-né n’avait pas encore été choisi, un mystère de plus dans une grossesse qui s’est déroulée sous le sceau du secret. Les royal correspondents britanniques étaient tenus dans le noir au point de devoir se résigner à soumettre leurs images de la duchesse à des obstétriciens afin d’avoir une idée de la date prévue de son accouchement.

La grossesse conservait même des mystères pour les futurs parents, qui ne connaissaient pas le sexe de l’enfant avant sa naissance.

Encore hier, plusieurs zones d’ombre demeuraient. L’annonce de la naissance ne précisait pas le lieu de l’accouchement. La brève conférence de presse du nouveau père à Windsor pourrait toutefois suggérer qu’il a eu lieu au nouveau domicile de la famille, Frogmore Cottage. Depuis quelques semaines, la presse britannique bruissait de rumeurs sur le choix présumé de la duchesse de donner la vie dans cette maison. Les derniers bébés de la famille royale ont plutôt vu le jour dans l’aile Lindo de l’hôpital St. Mary’s, une magnifique clinique privée installée dans une rue étroite du centre-ville de Londres.

Une autre tradition vole en éclats : le nouveau membre de la royauté britannique n’aura pas droit à sa collection de vaisselle de porcelaine commémorative, contrairement aux trois enfants du prince William, a révélé The Independent. Les entreprises britanniques ne se gêneront toutefois pas pour fabriquer leurs propres produits pour marquer l’occasion – des boîtes à biscuits de l’épicier Marks & Spencer aux cahiers souvenirs des journaux populaires.

Certaines traditions valent la peine d’être abandonnées, selon Belinda Sethard-Wright, venue devant le palais de Buckingham avec son conjoint Matthew et leurs deux enfants. Elle est noire, lui est blanc, comme le couple princier. « Meghan apporte une bouffée d’air frais à la famille royale et une touche de modernité bien nécessaire », a-t-elle dit. « Les familles mixtes, de différentes cultures, de différents héritages, c’est ce que ça représente. Il faut évoluer », a ajouté son conjoint.

Carnet bleu royal

PHOTO TOLGA AKMEN, AGENCE FRANCE-PRESSE

Devant le palais de Buckingham, des employés de la famille royale britannique ont installé l’annonce officielle de la naissance du fils du prince Harry et de Meghan Markle sur un chevalet doré.

Même ceux qui se disent au-dessus de cela tendent l’oreille. Bébé royal il y a eu, et c’est ici que vous saurez tout.

Louise Leduc Louise Leduc
La Presse

C’est le bébé de qui, déjà ?

Ce bébé dont le prénom devrait être connu dans les prochains jours est le premier enfant de Meghan Markle et de Harry, fils cadet du prince Charles et de Lady Diana qui, si elle n’avait pas connu la fin tragique que l’on sait, serait grand-mère pour la quatrième fois (oui, ça passe vite et non, ça ne nous rajeunit pas). L’enfant est aussi le huitième arrière-petit-enfant de la reine Élisabeth et de son mari, le prince Philips, qui, si la tradition a été suivie, ont été les premiers informés de la nouvelle.

Sa place dans l’histoire ?

Il est septième dans l’ordre de succession à la Couronne britannique, derrière son grand-père Charles, son oncle William et ses trois enfants, et enfin son père Harry. Mais de façon plus importante, c’est le premier enfant métis de l’histoire officielle de la monarchie britannique. Autre caractéristique hors du commun : il est également admissible à la citoyenneté américaine, grâce à sa mère.

Comment s’appellera le bébé ?

Les parieurs ont misé sur Arthur, James, Albert ou Edward, mais en voyage en Australie, le prince Charles, un petit comique, avait avancé que Harry et Meghan pourraient s’éloigner des sentiers battus et préférer Kylie ou Shane. Sur son blogue The Tig, aujourd’hui fermé, Meghan a déjà écrit que Grey était son prénom préféré, pour une fille comme pour un garçon, selon l’Agence France-Presse. Il semblerait que le garçon deviendra comte de Dumbarton et que son nom de famille pourrait être Mountbatten-Windsor, mais sa mère, une féministe affichée, pourrait en décider autrement. Contrairement aux enfants du prince William, le fils de Harry et de Meghan ne sera pas prince, normalement.

Quand verra-t-on le bébé ?

Devant le château de Windsor et devant les caméras, le prince Harry a déclaré hier que le nourrisson de 3,2 kg, « cette petite chose absolument irrésistible » arrivée un peu après la date prévue, serait probablement présenté au monde d’ici deux jours (demain, normalement), en même temps que son prénom sera révélé. Dans un premier temps, sa femme et lui avaient annoncé vouloir vivre leur bonheur en famille. Très rapidement après ses accouchements, Kate, elle, se faisait photographier à la sortie de la maternité. Pour son petit dernier, à peine 10 heures après la dernière poussée, elle apparaissait, rayonnante, avec un brushing et un maquillage parfaits, ce que certaines ont vu comme une pression supplémentaire à la plus que perfection exigée des femmes. Mais eût-elle apparu la chevelure légèrement négligée et les traits un peu tirés qu’on lui en aurait aussi fait reproche. Tel est le lot du Gotha.

Où est né le bébé ?

Pour cela, il faudra attendre le certificat de naissance. La rumeur publique veut que l’accouchement ait eu lieu à la maison, à Windsor, dans le cottage Frogmore, avec une équipe médicale choisie par la mère.

De quoi va-t-on parler, maintenant ?

Les médias anglais ont d’abord prétendu que Harry, William et leurs deux femmes étaient les meilleurs amis du monde. Quand Harry et Meghan ont fait leurs boîtes et sont partis du palais de Kensington – où habitent plusieurs membres de la famille royale, à Londres –, on a prétendu que les deux belles-sœurs se crêpaient le chignon. Les médias ont ensuite beaucoup fait état du shower de bébé de Meghan (actrice américaine dans son ancienne vie), qui a eu lieu à New York et qui aurait coûté 520 000 $. Des conjectures voulant que le couple envisage de déménager en Afrique pour quelques années ont maintenant cours. À court terme, le choix des parrains et marraines – les bébés royaux en ont généralement plusieurs – pourra faire jaser dans les chaumières.