Le ministre irlandais des Affaires étrangères, Simon Coveney, a estimé mercredi qu'on parlait « trop » de l'hypothèse d'un retrait du Royaume-Uni de l'Union européenne (UE) sans accord sur leurs futures relations.

AGENCE FRANCE-PRESSE

À Londres dans le cadre de discussions sur l'absence de gouvernement régional en Irlande du Nord depuis un an et demie, il a déclaré qu'un tel scénario serait une « très mauvaise nouvelle » à la fois pour le Royaume-Uni et pour l'Irlande qui « subiraient ensemble les conséquences ».

« On parle probablement trop des conséquences négatives d'un Brexit sans accord », a déclaré M. Coveney à des journalistes. « Je ne crois pas que ce soit probable, je ne pense pas que quiconque le veuille », a-t-il ajouté.

Le Royaume-Uni doit quitter l'UE fin mars 2019. Les deux parties veulent parvenir à un accord de retrait d'ici à la fin octobre pour permettre au texte d'être ratifié à temps. Cependant, des deux côtés on affirme se préparer de plus en plus à l'hypothèse d'un échec des négociations.

Pour Simon Coveney, l'absence d'accord représenterait « un échec politique très important » qu'il n'a « pas l'intention de laisser se produire ».

« Nous devons nous concentrer sur l'intensification des négociations afin d'essayer de trouver des solutions et une voie à suivre, à contrepied de cette posture rigide que certaines personnes ressentent le besoin de prendre », a-t-il ajouté à l'attention des partisans d'une rupture franche avec l'UE, qui disent préférer une absence d'accord à un accord qu'ils jugeraient mauvais.

Les négociations entre Londres et Bruxelles butent en particulier sur la façon d'éviter le retour d'une frontière après le Brexit entre l'Irlande du Nord, province britannique, qui quittera l'UE, et la République d'Irlande, membre de l'UE.