Empoisonnement des Skripal: début des opérations de nettoyage à Salisbury

Au total neuf sites, dont trois situés dans... (PHOTO DANIEL LEAL-OLIVAS, ARCHIVES AGENCE FRANCE-PRESSE)

Agrandir

Au total neuf sites, dont trois situés dans le centre-ville, ont été identifiés par la police antiterroriste comme devant être traités par des spécialistes.

PHOTO DANIEL LEAL-OLIVAS, ARCHIVES AGENCE FRANCE-PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Londres

Les opérations de nettoyage ont démarré mardi à Salisbury, ville du sud-ouest de l'Angleterre où l'ex-espion russe Sergueï Skripal et sa fille Ioulia ont été empoisonnés à l'agent innervant début mars, a annoncé le gouvernement britannique dans un communiqué.

Une «très petite quantité» de cet agent, identifié comme étant de la famille du Novitchok, a été utilisée dans cette attaque, a précisé le ministère de l'Environnement (Defra), selon lequel il se présentait sous «forme liquide».

La plus forte concentration du produit a été retrouvée dans la maison de Serguëi Skripal, a précisé le Defra lors d'un point presse.

Au total neuf sites, dont trois situés dans le centre-ville, ont été identifiés par la police antiterroriste comme devant être traités par des spécialistes. Parmi eux figurent le pub The Maltings et le restaurant Zizzi, où les Skripal ont pris un verre puis déjeuné le 4 mars, peu avant d'être découverts inconscients sur un banc public proche, a précisé le gouvernement dans son communiqué.

Mardi, la zone entourant les tombes de l'épouse et du fils de Skripal a été rouverte au public après «une enquête poussée et des tests établissant qu'elle n'avait pas été contaminée».

Les autres sites potentiellement contaminés resteront fermés jusqu'à la fin des opérations de nettoyage tandis que le reste de la ville «ne présente pas de danger pour les habitants et les visiteurs», a affirmé le gouvernement.

Le travail de nettoyage inclut des tests, le retrait de certains éléments susceptibles d'avoir été contaminés et un nettoyage chimique à l'issue duquel de nouveaux tests seront menés, ce qui pourrait prendre «un certain nombre de mois».

L'état de Sergueï Skripal, 66 ans, est en constante amélioration, mais il reste hospitalisé, selon l'hôpital de Salisbury. Sa fille Ioulia, 33 ans, a, elle, pu sortir de l'hôpital.

Londres a imputé la responsabilité de l'empoisonnement à Moscou qui clame de son côté son innocence.




À découvrir sur LaPresse.ca

la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer