Source ID:; App Source:

Moscou ferme la Place Rouge à cause d'une manif

La police de Moscou a fait état de... (Photo: AP)

Agrandir

La police de Moscou a fait état de l'interpellation de 55 personnes «pour tentative de manifestation non autorisée», citée par l'agence Itar-Tass.

Photo: AP

Agence France-Presse
Moscou

Les autorités russes ont fermé entièrement dimanche la Place Rouge à Moscou, interpellant 55 des militants d'opposition qui avaient prévu de s'y rassembler en nombre en arborant les symboles de couleur blanche de la contestation contre le pouvoir en place.

Les accès à la place étaient bloqués par les forces de police, a constaté une journaliste de l'AFP.

La journaliste a été témoin de l'interpellation d'une dizaine de personnes arborant des rubans blancs à l'entrée de la place, où des dizaines d'autres militants scandaient «La Russie sans Poutine».

La police de Moscou a fait état de l'interpellation de 55 personnes «pour tentative de manifestation non autorisée», citée par l'agence Itar-Tass.

«La Place Rouge est fermée», a indiqué la police de Moscou, citée par les agences, ne précisant pas les causes de cette décision. La police a souligné que ce type de décision était du ressort de la garde du Kremlin, le siège de la présidence russe qui borde la célèbre place.

Des appels avaient été lancés ces derniers jours sur Facebook pour l'organisation sur la place d'un rassemblement de personnes portant le ruban blanc devenu le symbole de la contestation contre le pouvoir en place.

L'appel intitulé «Place Blanche» avait enregistré près de 4000 messages de personnes prévoyant d'y participer.

Samedi, plus de 80 personnes avaient été interpellées à Moscou et à Saint-Pétersbourg lors de manifestations non autorisées et dispersées par la police. Elles étaient organisées symboliquement le 31 du mois pour réclamer le respect de l'article 31 de la Constitution qui garantit la liberté de rassemblement.

Les manifestations non autorisées sont régulièrement dispersées par la police en Russie, les opposants risquant 15 jours de prison pour refus d'obtempérer.

La Russie a connu depuis décembre une contestation sans précédent depuis les années 1990, les autorités finissant par autoriser des manifestations de plusieurs dizaines de milliers de personnes face à l'ampleur du mouvement.

L'opposition n'a cependant guère réussi à mobiliser depuis la victoire de Vladimir Poutine au premier tour de la présidentielle du 4 mars, qui scelle son prochain retour au Kremlin.

Une manifestation est prévue le 6 mai à Moscou, à la veille de la cérémonie d'investiture de l'homme fort du pays et actuel premier ministre.




la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer