Du temps où elle dirigeait les magazines Vanity Fair et The New Yorker, Tina Brown était connue comme la reine du «buzz», une allusion à son don de publier des articles dont tout le monde parle.

Richard Hétu, collaboration spéciale LA PRESSE

La journaliste d'origine britannique veut sans doute reconquérir ce titre avec l'hebdomadaire américain Newsweek, dont la couverture soulève la polémique cette semaine aux États-Unis. On y voit une photo truquée de la princesse Diana à 50 ans -l'âge qu'elle aurait eu le 1er juillet si elle n'était pas morte-, marchant aux côtés de Catherine, duchesse de Cambridge.

Tina Brown, qui a fait paraître en 2007 un livre intitulé The Diana Chronicles, signe dans les pages intérieures de l'hebdo un article dans lequel elle imagine ce que serait devenue Diana. Transplantée à New York, la princesse quinquagénaire n'aurait échappé ni au Botox, ni à Facebook, et encore moins à Twitter, dont elle se serait notamment servie pour communiquer avec ses «followers» depuis Davos.

Le reportage de Newsweek est également illustré d'une photo de Diana tenant un iPhone.

Le «buzz» entourant le spécial Diana de Newsweek est loin d'être unanime, si l'on se fie à des sondages menés auprès des lecteurs du Los Angeles Times et du site internet The Huffington Post. Près de la moitié des lecteurs du Times estiment que la couverture de l'hebdo est «horriblement offensante».

Depuis le début de l'année, Tina Brown est à la tête d'un curieux mariage entre son site internet The Daily Beast, lancé en 2008, et le Newsweek, un hebdo en perte vitesse qui a été racheté du Washington Post l'an dernier par le milliardaire Sidney Harman.

«Je vois Newsweek et The Beast comme un mariage entre la profondeur journalistique de Newsweek et la vitalité versatile que The Daily Beast a installée sur le web», avait fait valoir Tina Brown en novembre dernier.

Sur Twitter, Janice Turner, une chroniqueuse du London Times, a probablement offert la critique la plus féroce de la couverture de Newsweek: «Renversant. Pourquoi Newsweek n'a-t-il pas ramé jusqu'à l'île d'Althrop, exhumé et photographié le cadavre pourri de Diana?»