L'ancien chef militaire des Serbes de Bosnie Ratko Mladic a été transféré dans une cellule normale du centre de détention du Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie, après avoir subi une batterie d'examens médicaux, a annoncé mercredi un responsable du tribunal.

ASSOCIATED PRESS

Martin Petrov, chef du bureau du greffier, a précisé que Mladic «suivait désormais le régime pénitentiaire» appliqué à tous les suspects détenus dans son quartier de la prison du TPIY, abritée dans un centre de détention néerlandais situé sur la côte de la Mer du Nord.

«Le tribunal a réalisé tous les examens médicaux nécessaires (...) pour avoir une idée claire et précise de la santé de M. Mladic aujourd'hui», a ajouté Martin Petrov. L'ancien chef militaire a le droit de demander des tests supplémentaires à des médecins de son choix. Le TPIY n'a diffusé aucune information sur sa santé, mais son avocat à Belgrade et des membres de sa famille avaient déclaré peu après son arrestation qu'il avait eu deux attaques et un cancer au cours de ses 16 années de cavale.

Son régime pénitentiaire signifie être enfermé chaque nuit dans une cellule individuelle, équipée d'un ordinateur, sans accès Internet, et une télévision qui diffuse des programmes de l'ancienne Yougoslavie. Dans la journée, sa cellule reste ouverte, ce qui lui laisse la possibilité de fréquenter les autres détenus de son aile, préparer ses repas, faire de l'exercice, et suivre des cours d'anglais et d'informatique.

Âgé de 69 ans, Mladic est poursuivi pour onze chefs d'accusation pour génocide, crimes de guerre et crimes contre l'humanité, à la suite d'atrocités commises lors de la guerre en Bosnie entre mai 1992 et fin 1995, notamment le massacre de Srebrenica.