Le chef du Parti national-bolchevique Edouard Limonov et une vingtaine d'autres opposants ont été brutalement interpellés dimanche à Moscou alors qu'ils tentaient de manifester contre le Premier ministre russe Vladimir Poutine, a constaté une journaliste de l'AFP.

AGENCE FRANCE-PRESSE

M. Limonov a été appréhendé par la police anti-émeute dès son arrivée sur la place Triumphalnaïa où un rassemblement non autorisé devait avoir lieu.

Des manifestants, peu nombreux, ont scandé «liberté aux prisonniers politiques» avant d'être interpellés.

Entre quinze et vingt protestataires, membres du parti de M. Limonov et d'autres formations ont été interpellés, selon une journaliste de l'AFP.

Une source policière citée par l'agence Ria Novosti a fait état de «près d'une trentaine d'arrestations» pour des «tentatives de bloquer la rue Tverskaïa», artère centrale de la capitale russe.

Plusieurs formations de l'opposition dont les nationaux-bolcheviques et le mouvement Solidarnost mené par l'ex-champion du monde d'échecs Garry Kasparov avaient l'intention d'organiser une manifestation pour réclamer la démission de Vladimir Poutine.

 «La mairie n'a pas autorisé la manifestation. Limonov a l'intention de se présenter à l'élection présidentielle de 2012. Nous commençons à travailler pour cet objectif dès maintenant», a déclaré à la presse Sergueï Aksionov, l'un des organisateurs du rassemblement.

Une compétition de vélo acrobatique était organisée à la même heure et au même endroit et l'un des responsables s'adressait aux participants de cet événement comme si de rien n'était au moment des interpellations des opposants.

La place a été bouclée par une quarantaine de cars de police et plusieurs centaines de policiers étaient mobilisés.