Le ministre français de l'Education nationale Xavier Darcos a jugé dimanche «criminel» d'aller «dire en Afrique qu'il ne faut pas utiliser le préservatif», à propos des récentes déclarations du pape Benoît XVI sur ce sujet.

AGENCE FRANCE-PRESSE

«Aller dire en Afrique qu'il ne faut pas utiliser le préservatif, c'est criminel. Cela entraîne des morts tous les jours,» a déclaré M. Darcos sur Radio J.«Je pense que les propos du pape ont été un peu déformés mais n'empêche: ne pas encourager l'utilisation du préservatif dans des pays en voie de développement, c'est extrêmement dangereux», a ajouté le ministre, qui a précisé être catholique.

En route vers l'Afrique, le pape avait affirmé à la mi-mars que l'on ne pouvait «pas régler le problème du sida avec la distribution de préservatifs» et que, «au contraire, (leur) utilisation aggrave le problème». Ces propos ont suscité l'indignation des médecins et spécialistes de la lutte contre le sida, mais aussi au sein même de la communauté catholique, notamment en France.

Le ministère français des Affaires étrangères avait exprimé la «très vive inquiétude» de la France.

L'Eglise catholique devrait «se souvenir du poids des mots et du danger de dire des choses pareilles», a encore déclaré M. Darcos, faisant référence également aux propos d'un évêque français Mgr André Fort, qui a mis en doute à son tour vendredi l'utilité du préservatif contre le sida.