L'ancien dirigeant soviétique Mikhaïl Gorbatchev a estimé que la Russie avait fait «au maximum» la moitié du chemin vers une démocratie, relevant en particulier que les institutions du pays manquaient d'indépendance, selon des propos rapportés vendredi par l'agence Interfax.

Mis à jour le 27 févr. 2009
AGENCE FRANCE-PRESSE

«Il manque une chose à nos institutions, partis politiques, Douma (chambre basse du parlement), tribunaux: l'indépendance, la liberté d'expression et de juger», a déclaré M. Gorbatchev au cours d'une table ronde consacrée à «la politique du XXIe siècle».

«Il est inutile de parler de la Russie sans tenir compte du fait que nous nous trouvons dans une situation de transition vers la démocratie et qu'au maximum la moitié du chemin» a été parcourue, a ajouté l'ex-président de l'URSS.

A ses yeux, la société russe doit promouvoir les discussions en ce sens, ce qui permettra ensuite de passer à des projets concrets.

M. Gorbatchev a également appelé à la création d'un parti social-démocrate en Russie.

«Cela a toujours été une idée. Il ne faut plus faire du sur-place mais se lancer dans la création de ce parti», a-t-il observé.