(Pittsburgh) Quatre adolescents ont été inculpés d’un complot visant à attaquer une école secondaire de Pennsylvanie en 2024, à l’occasion du 25e anniversaire du massacre de l’école secondaire Columbine, au Colorado.

Associated Press

Une fille et un garçon de 15 ans seront mis en examen en tant qu’adultes et les deux autres adolescents font face à des accusations en tant que mineurs. Les enquêteurs ont ajouté que la mère de la jeune fille a déclaré à la police que sa fille était « obsédée par Columbine », a rapporté vendredi le journal local Times-Tribune.

« Pendant que l’enquête est en cours, je tiens à assurer les parents, les élèves et le personnel de l’école secondaire Dunmore que nous ne pensons pas qu’il y ait de menace active pour le moment, a déclaré le procureur de la région Mark Powell dans un communiqué. Nous sommes soulagés que ce complot ait été découvert avant que quelqu’un ne soit blessé et exhortons toute personne ayant des informations sur des menaces de violence à l’école à contacter immédiatement la police. »

Un cocktail Molotov, des composants de bombes, des écrits sur leur fabrication et des listes manuscrites d’armes à feu, de munitions et d’équipement tactique avec les prix ont été trouvés au domicile de la jeune fille, ont déclaré les enquêteurs.

Le journal local a rapporté que la mère et l’avocat de la défense de la jeune fille, Corey Eagen, ont refusé de commenter, tandis que l’autre adolescent accusé en tant qu’adulte n’avait pas d’avocat lors de la mise en accusation de vendredi. M. Powell a refusé de commenter les accusations portées contre les deux mineurs.

La mère de l’un des adolescents qui seront jugés comme mineur a découvert des messages textes sur le téléphone portable de son enfant le 6 juillet, dans lesquels un groupe discutait de son intention de « faire sauter l’école », ont déclaré les enquêteurs dans la plainte. Son fils a dit aux enquêteurs qu’il pensait qu’il s’agissait de fanfaronnades jusqu’à ce qu’il voit 20 à 30 cocktails Molotov sous le porche de la fille.

Le surintendant des écoles de Dunmore, John Marichak, a déclaré au journal qu’il était consterné, mais également soulagé par les arrestations. Un communiqué publié sur le site internet du district a déclaré que les autorités avaient assuré aux responsables qu’il n’y avait « aucun danger actuel pour les étudiants ou le personnel ».

Le directeur de l’école Timothy Hopkins, qui était l’un des responsables ciblés, a déclaré qu’il connaissait les deux adolescents qui seront accusés comme des personnes majeures et les a décrits comme des enfants calmes qui n’étaient pas des fauteurs de troubles. Il a ajouté qu’il n’avait aucune idée de la raison pour laquelle ils chercheraient à lui faire du mal, mis à part le fait qu’il occupe le poste de directeur de l’établissement.

« C’est un peu dérangeant de découvrir que quelque chose comme ça était en train d’être comploté », a-t-il déclaré au Times-Tribune.

Deux des adolescents accusés ont été emmenés au centre de justice pour mineurs du comté de Northampton à la suite de leur mise en accusation le 16 septembre pour possession d’armes de destruction massive, menace terroriste, voies de fait graves, association de malfaiteurs et possession d’explosifs.

La jeune fille est également accusée d’avoir risqué une catastrophe en raison de la menace que les engins explosifs représentaient pour les membres de sa famille et ses voisins, a indiqué la police.

Les audiences préliminaires sont prévues le 4 octobre.