(Miami) L’ex-président américain Donald Trump s’est réjoui vendredi de l’abandon d’une enquête par la Commission électorale fédérale sur des sommes versées pendant sa campagne de 2016 à l’actrice pornographique Stormy Daniels pour qu’elle ne parle pas de leur liaison présumée.

Agence France-Presse

Cette autorité, composée à parité de démocrates et de républicains, a annoncé jeudi avoir refermé le dossier en raison de l’incapacité de ses membres à se mettre d’accord.

Elle « a laissé tomber ce dossier bidon », « je l’en remercie », a réagi le milliardaire républicain dans un communiqué.

Deux semaines avant l’élection de novembre 2016, l’avocat personnel de Donald Trump, Michael Cohen, avait versé 130 000 $ à Stormy Daniels, de son vrai nom Stephanie Clifford, pour qu’elle se taise sur une relation intime qu’elle aurait entretenue avec le magnat de l’immobilier quelques années plus tôt.

Michael Cohen a reconnu les faits et plaidé coupable en 2018 de violation des lois sur le financement des campagnes électorales, mais aussi d’avoir fait de l’évasion fiscale et d’avoir menti au Congrès. Il a ensuite été condamné à trois ans de prison.

Mais Donald Trump n’a jamais été poursuivi et la commission électorale avait ouvert une enquête pour déterminer s’il était au courant et méritait d’être puni.

Ses membres républicains n’ont toutefois pas voulu poursuivre les enquêtes et, dans un courrier, ont expliqué que la peine infligée à Michael Cohen « répondait aux intérêts de la commission ».

« Notre système légal est une blague, mais je vais continuer à me battre et à dire la vérité », a réagi Stormy Daniels sur Twitter.

« J’ai été agressée, menacée, harcelée, attaquée chaque jour, arrêtée pour rien et inculpée pour de fausses accusations parce que j’ai refusé de plier », a-t-elle ajouté. Elle a notamment été arrêtée en 2018 dans une boîte de strip-tease où elle se produisait et accusée d’avoir laissé un client la toucher.

Michael Cohen a également critiqué la décision de la Commission électorale. « Les paiements ont eu lieu à la demande et au bénéfice de Donald J. Trump », a-t-il tweeté. « Comme moi, #Trump devrait avoir été jugé coupable. »

Dans son communiqué, Donald Trump lui a renvoyé la balle. « Ce dossier était monté de toutes pièces sur les mensonges de Michael Cohen, un avocat corrompu et condamné », a-t-il écrit.

L’affaire a également soulevé l’intérêt de la justice new-yorkaise qui a depuis élargi son enquête à des soupçons de fraudes fiscales et bancaires. Une inculpation de Donald Trump reste possible dans ce cadre.