(Minneapolis) Le policier américain Derek Chauvin, accusé d’avoir tué George Floyd l’an dernier, a refusé de témoigner jeudi au dernier jour des débats de son procès, qui reprendra lundi avec les réquisitions de l’accusation et la plaidoirie de son avocat, ultime étape avant les délibérations du jury.

Ben SHEPPARD avec Cyril JULIEN à Washington
Agence France-Presse

« J’invoque aujourd’hui mon droit au cinquièmee amendement », a-t-il déclaré, en référence au droit de tout accusé aux États-Unis de ne pas apporter de témoignage susceptible de l’incriminer.

Son avocat Eric Nelson a rappelé à son client que « ni l’accusation ni la cour ne peuvent considérer votre silence comme un signe, ou une indication de votre culpabilité ».

Après l’audition d’un dernier témoin, les deux parties ont indiqué qu’elles en avaient terminé à l’issue de près de trois semaines de débats contradictoires.

Le juge Peter Cahill a alors indiqué que les réquisitions et les plaidoiries auraient lieu lundi, avant que le jury se retire pour délibérer à huis clos.

Il a conseillé aux jurés de se préparer à « un temps long, en espérant que ce sera court », rappelant qu’ils devaient « parvenir à une décision unanime sur chacune » des trois charges retenues contre l’ex-policier.

Derek Chauvin, 45 ans, est inculpé de meurtre, d’homicide involontaire et de violences volontaires ayant entraîné la mort de George Floyd en maintenant un genou sur le cou du quadragénaire afro-américain pendant plus de neuf minutes, le 25 mai 2020.  

Des actes « injustifiés »

George Floyd avait été arrêté en pleine rue, soupçonné d’avoir utilisé un faux billet de 20 dollars pour acheter un paquet de cigarettes. Le drame, filmé en direct par des passants, a suscité un mouvement historique de colère contre le racisme et les violences policières aux États-Unis.  

Derek Chauvin plaide non coupable et son avocat assure que George Floyd est mort d’une overdose combinée à des problèmes cardiaques pendant que les policiers tentaient de le maîtriser.

Mais pour l’accusation, sa mort est due à un « faible taux d’oxygène » provoqué par la compression du cou sous le genou du policier, alors que l’Afro-Américain était allongé sur le ventre, les mains menottées dans le dos.

Des experts de l’usage de la force au sein de la police, témoins de l’accusation, ont jugé que les actes de Derek Chauvin étaient « injustifiés ».  

Le chef de la police de Minneapolis, Medaria Arradondo, a affirmé que l’agent avait « violé les règles » et « les valeurs » de la police.

Derek Chauvin encourt jusqu’à 40 ans de prison.

La tension autour de ce procès hors norme a été ravivée par la mort dimanche de Daunte Wright, un jeune Afro-Américain de 20 ans tué par une policière blanche lors d’un banal contrôle routier à Brooklyn Center, une banlieue de Minneapolis.

Kim Potter, âgée de 48 ans, affirme avoir confondu son arme de service avec son pistolet électrique Taser.

« 100 % de responsabilité »

La policière, qui a depuis démissionné, a été inculpée mercredi d’« homicide involontaire » et encourt jusqu’à dix ans de réclusion. Libérée sous caution, elle doit comparaître devant un juge le 17 mai.

L’avocat de la famille de Daunte Wright, Ben Crump, a salué un « progrès » de la justice, alors que les inculpations de policiers restent rares aux États-Unis.

Mais il a dénoncé des différences de traitement des bavures policières selon la couleur de peau des victimes, rappelant qu’un policier de couleur avait écopé de 12 ans et demi de prison pour avoir tué une femme blanche en 2017 à Minneapolis.  

La mère du jeune Daunte, Katie Wright, a réclamé que la policière rende des comptes.  

« Je veux 100 % de responsabilité, le plus haut niveau de responsabilité. Mais même quand cela arrivera, si ça arrive, je vais de toute façon enterrer mon fils », a-t-elle dit à la presse.

Les funérailles de Daunte Wright sont prévues le 22 avril dans une église baptiste de Minneapolis, a précisé Ben Crump.

Depuis sa mort, des manifestations contre les brutalités policières, émaillées de violences, ont lieu chaque nuit à Brooklyn Center, malgré l’instauration d’un couvre-feu.  

Plus de 500 manifestants s’étaient rassemblés dans la nuit de mercredi à jeudi, selon les autorités locales qui ont fait état d’au moins 24 arrestations.

Katie Wright a remercié les manifestants « pour leur soutien », tandis que Ben Crump leur a demandé de protester en respectant la loi.